FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK)

Livre :"LES ADAPTATIONS de STEPHEN KING", (1.99€ en PDF / aussi disponible en version papier).





Ne ratez plus une actualité de STEPHEN KING, avec le CLUB STEPHEN KING :
- Facebook
- Twitter : @ClubStephenKing
- Newsletter (encart à droite, sur le site)
- Flux RSS...

FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK)

http://club-stephenking.fr/
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A vous de trouver un titre :)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nicolas.andre.359
Junkie du forum


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 02/02/2014

MessageSujet: A vous de trouver un titre :)   Dim 2 Fév 2014 - 12:31

I

Elijah et Emily étaient dans la cave d'une vieille librairie. Les yeux Elijah était fixés sur Emily. Emily les sentait l'observer. Ça la répugnait. (Ce vieil homme est un pervers. Il veut me violer ou je ne sais quoi d'autre). Lui, de son côté, avait toujours le regard figé sur la jeune femme. (Elle est bizarre. Je parierai ma vie entière qu'elle va me parler pour essayer de "sympathiser" et dès que tu te retournes HOP ! Elle te défonce la gueule avec un talon de vingt centimètres).
« Vous êtes là depuis combien de temps vous ?
Comment ? (Qu'est-ce que je disais ?)
Rien. Je voulais juste, (il est un peu con et dur de la feuille donc vas-y mollo) vous de-man-der depuis combien de temps vous êtes ici.
Oh... Trois Jours. (Elle n’est pas conne au point de ne plus se souvenir que c'est moi qui l'ait amené ici ? Merde, j'aurai la laisser dehors.). Vous ne vous souvenez de rien ?
Non. Seulement de ce qui l'y a... dehors. Le dernier truc que je me souviens c'est de vous (comment oublier cette gueule ?). On est où ?
Dans mon magasin, il n'y a rien à craindre ! »
Ils étaient tous les deux appuyés et assis sur le mur qui faisait face à l'escalier qui donnait sur la boutique à droite et des étagères de vieux livres, la plupart d'occasion et d'autres, bien qu'anciens, en parfait état. Ils étaient chacun dans un des coins, Elijah à droite, Emily à gauche. Ils ne se regardaient plus. Ils observaient la pièce sombre, elle puait le papier brulé. De légers tremblements secouaient les étagères, ils venaient du haut de la pièce. Pas du plafond encore plus en haut. Peut-être même du premier étage qui était là où se trouvaient les appartements d’Eli.
« On fait quoi maintenant ? »  demanda Emily. Elle essaya de se lever. Sans succès. Une violente douleur lançait dans ces jambes.
« Je ne sais pas. Comment vous appelez vous ? Si ce n’est pas trop indiscret.
Ça l'est. On n'a pas besoin de savoir nos prénoms. On n’est pas sous le point de mourir. Certainement que ce soir ou demain quelqu'un viendra nous chercher et cette personne nous sauvera et c'est tout. On n’est pas des amis, on ne le sera jamais. On n’est pas destiné à se parler. Si vous voulez tout savoir, mon mari est un haut fonctionnaire de l'état du Maine. Il est très souvent à Washington et avec ce qui se passe en ce moment dans le pays, sa présence là-bas est plus que requise. Ça va faire cinq mois que je n'ai pas vu mon fils qui est parti à Miami. il doit être devenu un de ces jeunes qui fume les nouvelles drogues à la mode dont seul eux ont le secret. Vous savez ces hippies. Je les hais tous autant qu'ils sont. Et maintenant, je me trouve coincé dans cette cave qui ressemble plus au plus sale des égouts avec... Vous.» Elle le pointe du doigt. «Holy Shit. C'est la pire semaine de ma vie et c'est ce truc dehors ?»
(Mais elle est folle ? Qu’est-ce que j’ai bien pu dire ? Bordel ! Cette femme a le don de me mettre dans un de ces états… Mais qu’est-ce qu’elle croit ? Que je suis un vieux trou de cul de vieux qui ne sait que piailler sa vie passé ? Ou pire… Ha… La Mort de sa femme ?)
(Quel connard ! Vieux con ! Je ne sais pas pourquoi mais je sens que je ne vais pas tenir !)
(Mais pourquoi je ne la vire pas ?)
(Pourquoi ne me vire-t-il pas ? Vas-y)
« Ne vous énervez pas ! » Il était très calme et encore assis à l'observer déblatérer. « On a qu'à discuter tranquillement ?
Vous êtes complètement...
Je m'appelle Elijah. Mais vous pouvez m'appeler Eli.
J’ai pas envie de...
Laissez-moi finir. Je m'appelle Elijah mais vous pouvez m'appeler Eli et j’ai un certain âge
(Prends ton temps Eli. On a le temps. Le temps que ça arrive, j’aurai bien le temps de l’emmerder encore un certain temps). Il n'y a que mes amis qui m'appelle Eli, si vous voyez ce que je veux dire.» Il lui fut un clin d'œil et un grand sourire. «Je suis assez vieux, mais je ne me sens pas vieux du tout. C'est l'époque moderne. Tout change. Moi aussi. Bien qu'il faille noter que mon agilité n'est plus de qu'elle était, je peux dire que je m'en sors pas mal du tout. Vous voyais la photo là-bas ?» il pointe son vieux doigt décharné vers un portait d'une jeune femme. « C'est la plus belle femme que j'ai rencontré. Miss Univers de 1936 à 1956. (Regarde son expression. Elle s’emmerde tellement). Pendant vingt ans, elle déchaîna les passions, enfin surtout la mienne. Depuis qu'elle est partie avec Lui, vous ne pouvez pas imaginer comme elle me manque. Mais enfin, le Seigneur donne, le Seigneur reprend. Ainsi va la vie... Ou allait. (Quelle philosophie). Je me rappelle que dans les années vingt, en pleine prohibition, une foutu connerie ça d'ailleurs. Je le souviens d'une de mes plus mémorables cuites. J'avais vingt ans, j'avais fraîchement débarqué à New York. L'effet pervers de la prohibition était fort présent. On voyait ou entendait au moins deux ou trois ivrognes passer dans une rue passante, criant et faisant peur aux femmes. On se moque toujours de ces gens qui se saoulent parfois pour oublier parfois pour l'excès. Ce soir-là, c'était moi l'ivrogne de la soirée. Je ne tenais absolument pas l'alcool à vingt ans, d'ailleurs pas plus à trente mais pas à ce point. Une poignée de bière m'avait changée en déchet social. Je me sentais sale mais l'effet du saint-breuvage me faisait oublié ma saleté, c'est ça qui est bien avec l'alcool : ça nous rend sale mais ça nous rend insensible à la saleté. Le Seigneur m'a pardonné heureusement. Vous savez il y avait une sorte d'aura qui m'avait poussé à faire ça. Comme un sortilège qui m'avait forcé à boire jusqu'à en vomir mes tripes, voire mon foie. Et ça n’a pas manqué. J’ai tellement vomi (dégoute la, elle ne se rendra même pas compte que je ne suis pas né en avant-guerre) tellement. Mon estomac devait être complètement vide et l’odeur… Je vous dis pas, fétide et alcoolisé (regarde sa tête). Affreux. »
Elle ne réagit pas. Elijah pensa qu’elle dormait encore. Il se leva et monta l’escalier qui donnait directement dans la boutique. Le grincement de la porte bien que très sonore, n’atteint pas Emily. Il entra dans la boutique et sans se retourner ferma la porte. Un bruit de métal en jaillit, le métal tourna en un frottement presque aussi sonore que le grincement. La porte close et fermée à double tour, il n’y eu plus aucun bruit. Bientôt, les pas de Eli dans l’escalier ferraient grincer le parquet usé. Quand Emily ouvrit les yeux, la cave avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nicolas.andre.359
Junkie du forum


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 02/02/2014

MessageSujet: Re: A vous de trouver un titre :)   Dim 2 Fév 2014 - 18:02

LAISSEZ VOS AVIS S'IL VOUS PLAÎT Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A vous de trouver un titre :)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Agnès : 27/08/2011 : Une journée espagnole
» comment faites vous pour trouver vos trouvailles ?
» Comment trouver un titre accrocheur ?
» Connaissez-vous celle-là?
» Voulez-vous danser avec moi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK) :: AUTRES MONDES :: Histoires courtes des lecteurs Kingiens-
Sauter vers: