FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK)

Livre :"LES ADAPTATIONS de STEPHEN KING", (1.99€ en PDF / aussi disponible en version papier).





Ne ratez plus une actualité de STEPHEN KING, avec le CLUB STEPHEN KING :
- Facebook
- Twitter : @ClubStephenKing
- Newsletter (encart à droite, sur le site)
- Flux RSS...

FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK)

http://club-stephenking.fr/
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DIMENSIONS - EPISODE I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Killer 777
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 365
Localisation : Devant mon PC
Date d'inscription : 01/12/2004

MessageSujet: DIMENSIONS - EPISODE I   Jeu 17 Mar 2005 - 14:04

Allez, je commence à écrire un feuilleton basé sur mon jeu de rôles.


UNIVERS, 1

C’était le marché ce matin-là. Les gens fourmillaient sur la place pour acheter leurs denrées, et les gosses jouaient au soleil et dans la poussière d’argile. Le bruit humain courait dans les rues pour les secouer, et la monnaie comme les bruits allaient bon train. Les hommes et les femmes déambulaient entre les étalages où les marchands avaient déposé leurs articles. Le temps était agréable, il y avait un beau et chaud soleil, et une fine brise chatouillait les extrémités des branches des arbres. Les habitants allaient et venaient par les quatre rues qui partaient de la place du marché, comme le sang circule dans les veines. Ils faisaient vivre la ville.

À l’une des entrées de la place se tenait un homme, le dos appuyé contre le mur d’une maison. Il regardait, apparemment avec stupéfaction, le spectacle que l’agora lui offrait. Mais sa surprise s’effaça au moment où un gosse un peu grand pour son âge – il devait avoir onze ou douze ans, et mesurer un bon mètre soixante-cinq – lui envoya le ballon dans les pieds, laissant place à l’expression de quelqu’un qui se sent agressé au moindre contact avec qui – ou quoi – que ce soit.
« Pardon, monsieur, dit le gamin d’une voix craintive. Je l’ai pas fait exprès.
- Ce n’est rien, petit, dit l’homme en le regardant ramasser le ballon. Dis-moi, quel est cet endroit ?
- C’est la place du marché de Sniyâân. Mais… vous ne savez pas où vous êtes ? »
Un autre garçon et une fille accoururent. L’homme recula, levant les mains à hauteur de poitrine, comme s’il craignait de se les salir. Sa main gauche était gantée d’un gant d’épais cuir noir renforcé de métal et tenait son gant droit, qui tomba par terre. « Je… non, répondit-il en se baissant pour ramasser son gant. Je ne…
- Laisse-le, Kend, dit l’autre garçon, qui était blond comme les blés. C’est un Capitaine de l’Empire.
- T’es sûr ? fit Kend en toisant l’homme.
- On joue ? » demanda la fille aux yeux verts. L’homme baissa les mains et regarda le blondinet. « Où puis-je trouver le Maire de Sniyâân ?
- On va vous y emmener, dit Kend. Ça vous va, les gars ?
- Oui, oui… mais vite, pour revenir jouer après », dit la fille.
L’homme les suivit. Ils traversèrent la place du marché ; comme les enfants étaient devant lui, il regarda leurs vêtements. Les enfants, garçons et filles, portaient des chemises de coton léger blanc, des culottes et des espadrilles – ou pas de chaussures. Les hommes étaient habillés de coton eux aussi ; les femmes avaient des robes d’été.
Il portait des bottes noires, une armure d’alliage métallique, une tunique bleue marquée d’une étoile – probablement un soleil – et d’une croix dorées. Son armure comportait des épaulières derrière lesquelles se déversait une ample cape bleue. Il portait une épée au flanc gauche, et une bourse était retenue par sa ceinture. À l’annulaire droit, il portait une bague en or sans ornement. Il fit tourner sa bague autour de son doigt à l’aide du pouce de la même main. Il la sentit comme s’il avait toujours fait ce geste. Qui étais-je avant ?
C’était une excellente question.
« Voilà, ce n’est pas bien loin, mon Capitaine », dit Kend en mettant sa main droite verticalement devant son visage, geste qu’on pouvait certainement interpréter comme un salut militaire. « Je me présente : Kend, et voici Weggas et Fanel. À qui avons-nous l’honneur ? dit le gamin sans prêter attention au fait que Fanel, le blond, lui lançait un regard qui lui reprochait son intrépidité.
« Mon nom ? » dit le Capitaine. Il marqua une courte pause. Mais quel est mon nom ? La réponse – une réponse, en fait – lui vint. « Je suis Novik. Novik Naomer-Oolon», finit-il par répondre, espérant ne pas paraître trop louche avec un nom pareil.
Les gosses sursautèrent presque et se regardèrent, comme s’il venait de leur dire qu’il allait tuer leurs familles et les embrocher pour les manger. Weggas lui tourna le dos et partit en courant, le diable aux fesses, en criant : « Papa ! Papa ! ». Les deux autres restaient cois devant lui et ne bougeaient plus. Novik leur dit : « Qu’y a-t-il ? Qu’est-ce que mon nom a de si spécial ? » Les deux mioches partirent derrière Weggas, mais Novik réussit à intercepter Kend. « Dis-moi ce qui ne va pas !
- Vous… le monde va… oh !
- De quoi parles-tu ? »
Novik comprit qu’il n’aurait rien de plus de la part du petit, et le laissa partir.
Le monde va quoi ? Qui suis-je ?
Kend était maintenant tout à ses jambes lui aussi. Novik réalisa alors qu’il n’avait même pas enregistré le chemin parcouru entre la place du marché de Sniyâân et sa mairie. Il entra dans le bâtiment en pierre taillée.
À l’intérieur, une allée centrale matérialisée par un tapis du même bleu que sa cape et sa tunique, encadrée par deux rangées de colonnes. Les deux colonnes proches de l’entrée supportaient des enseignes MAIRIE IMPÉRIALE DE SNIYÂÂN. Au bout de l’allée, un guichet, qui devait être l’accueil.



EXTÉRIEUR, 1

Cette fois, c’est la bonne.
Il le vit. Son corps était là, mais lui semblait pourtant étranger ; au ralenti, il se vit tomber, le torse et la tête en sang. Son corps tombait comme tomberait un homme brusquement pris de sommeil, ou comme un cow-boy qui vient de recevoir une balle de revolver en plein cœur.
Il en était sûr. Il mourait. Les rares autres fois, il s’était accroché mais là, il sentait qu’il se désintéressait de plus en plus de son corps, comme si le temps ralentissait et qu’il avait beaucoup plus intéressant à penser que sa mort. Une pensée l’appelait, elle lui disait de bien le prendre, qu’il fallait qu’il
(regarde vers le haut)
se fasse une raison.

Il regarda vers le haut.
Il s’élevait. Le sol s’éloignait, de plus en plus vite. Il ne vit déjà plus son corps, ni même sa maison – était-ce sa maison ou… ? Puis les nuages lui cachèrent toutes les choses qu’il avait vues dans sa vie. Il regarda à nouveau vers le haut. Des étoiles, dont il semblait remonter le courant de plus en plus vite.
L’accélération se fit bientôt telle qu’il vit la galaxie entière, puis d’autres galaxies plus anciennes. Et une galaxie de galaxies.
Bientôt, il rejoignit le chemin d’autres âmes. Elles étaient comme lui, attirées vers le haut
(ça peut être l’avant)
à une vitesse vertigineuse. Tous se dirigèrent dans cette direction, le groupe grossissant sans arrêt, dans un Univers qui semblait immobile.
Et qui semble avoir un bout. L’Univers est derrière moi maintenant.
Il y avait là comme un immense mur de noirceur, dense comme l’infini, et apparurent deux lignes blanches allant vers ce mur, comme de longs rails vont vers l’horizon. C’étaient les âmes qui attendaient.

Il y en avait des milliards de milliards.
Les morts qui avaient avancé avec lui allèrent se ranger au bout de la queue, mais il dépassa malgré lui la double file d’attente, à une vitesse stupéfiante. Il s’aperçut que le mur vers lequel il allait avait l’air courbé, comme s’il y avait derrière lui un océan d'une lourdeur divine demandant à s’échapper. Plus il s’approchait, plus la porte qui était au début de la queue grandissait – s’écarquillait, aurait-on même pu dire –, et plus il sentait la petitesse de son insignifiante vie passée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Killer 777
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 365
Localisation : Devant mon PC
Date d'inscription : 01/12/2004

MessageSujet: Re: DIMENSIONS - EPISODE I   Mar 22 Mar 2005 - 14:54

14 lecteurs, et pas un seul commentaire en 5 jours !!!

C'est si nul que ça ??? pendu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur Uldrich d'Akas
Fidèle Lecteur
avatar

Nombre de messages : 23
Localisation : France, Haute-Savoie
Date d'inscription : 15/09/2004

MessageSujet: Re: DIMENSIONS - EPISODE I   Mer 30 Mar 2005 - 14:44

Eh oui, que veux-tu, il faut du temps et beaucoup de motivation pour lire sur un écran de PC. Je m'y suis mis aujourd'hui et je vais te donner mon avis, 'tention !

Alors j'aime beaucoup le début. Déjà, le personnage est un bon personnage. Je trouve qu'il en jette, solitaire, mystérieux, généralement assuré même s'il a l'air un peu paumé, mais qu'importe ! Au contraire, ça rajoute du mystère autour de lui. Il ne sait pas qui il est, il lance un nom au hasard qui effraie les foules ? Est-ce le Messie ? A-t-il un nom de légende ? Un nom craint dans les récits de grand-mère ?

En ce qui concerne la seconde partie, je suis beaucoup moins enjoué. Et quitte à paraître un peu brusque, elle devrait carrément être enlevée, ou alors réduite à tel point qu'on ne comprenne pas ce qui se passe. La réduite à une ou deux phrases parlant de lumière, de voyage, peut-être, mais je trouve qu'expliquer l'au-delà lui fait perdre son charme. Il faudrait être un putain de bon écrivain pour parler de l'au-delà sans le dénaturer.

Contrairement à la majorité de ce forum, je n'accroche pas à la Tour Sombre. J'ai commencé le Pistolero quatre fois sans arriver au bout lol mais le personnage du Pistolero me fait penser au tien, sans savoir vraiment pourquoi.

Et on trouve un truc très "stephen king", quand tu dis

penser que sa mort. Une pensée l’appelait, elle lui disait de bien le prendre, qu’il fallait qu’il
(regarde vers le haut)
se fasse une raison.

Enfin voilà, mon avis sur la question ! @ bientôt pour l'épisode 2 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Killer 777
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 365
Localisation : Devant mon PC
Date d'inscription : 01/12/2004

MessageSujet: Re: DIMENSIONS - EPISODE I   Lun 4 Avr 2005 - 13:42

Merci...

Oui, King est ce que je lis le plus, alors ça doit se voir un peu dans mon écriture...

Et je te l'accorde, c'est dur de lire un texte qui n'est pas une discussion sur un forum...

Merci pour ta critique.
Je ne vais cependant pas refondre mon premier épisode, et enchaîner sur le second. On verra bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DIMENSIONS - EPISODE I   

Revenir en haut Aller en bas
 
DIMENSIONS - EPISODE I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dimensions des assises Tripp Trapp ?
» Dimensions de la palette MUFE
» Episode Charlotte aux Fraises vintage, doublage français !!!
» Les vraies dimensions d'un Maclaren Quest ?
» LES 7 Dimensions (*Chakras* )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK) :: AUTRES MONDES :: Histoires courtes des lecteurs Kingiens-
Sauter vers: