FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK)

Livre :"LES ADAPTATIONS de STEPHEN KING", (1.99€ en PDF / aussi disponible en version papier).





Ne ratez plus une actualité de STEPHEN KING, avec le CLUB STEPHEN KING :
- Facebook
- Twitter : @ClubStephenKing
- Newsletter (encart à droite, sur le site)
- Flux RSS...

FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK)

http://club-stephenking.fr/
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Amour et la Mer - nouvelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
thomas desmond
Prisonnier de Shawshank
avatar

Nombre de messages : 529
Localisation : Tours
Date d'inscription : 15/07/2004

MessageSujet: L'Amour et la Mer - nouvelle   Mer 6 Juil 2005 - 15:24

Bon, pour tous ceux qui connaissent mes textes, en voici un dans un style complètment différent, et digne de figurer dans le rayon "Love "!!!


L'AMOUR ET LA MER

Pierre attendait ce moment depuis deux ans.
Deux longues années passées depuis sa rencontre avec cette fille du nord. Deux ans de séparation, de langueur, de nuit aux couleurs de rêves douloureux, de lettres non adressées, de fantasmes opaques...
Mais aujourd'hui il allait la retrouver, la voir, la sentir, la posséder.

Il arpentait un chemin le long des dunes. Le sable fin était tiède et quelques grains se glissaient petit à petit sous ses pieds. Une petite brise caressait les buissons et les recouvrait de son parfum marin.
Pierre accéléra son allure et gravit les derniers mètres qui devaient le mener à la plage.

L'océan infini apparut progressivement, majestueux.
Explosion merveilleuse de lumière, de brillance. Le ciel pourpre commençait à se mélanger gracieusement avec les vagues, comme sur la palette d'un peintre divin. Le roulis résonna dans son crâne et de tendres souvenirs remontèrent à ses pupilles. Une chaleur navigua dans son ventre et il sentit l'impatience le gagner.
Où était-elle ?

Son regard balaya la plage d'est en ouest.
Personne.
Elle n'était pas là... pas encore là, espéra-t-il. Ils s'étaient donnés rendez-vous ce jour précis, à cette heure précise. Elle allait arriver, il le sentait.

Il descendit la dune à vive allure. Ses pieds s'enfoncèrent dans le doux sable et quelques gerbes éclaboussèrent ces jambes nus.
Il s'approcha du rivage et laissa l'eau mousseuse venir effleurer ses orteils. Bientôt les vagues vinrent rafraîchir ses chevilles puis ses mollets, libérant ainsi les quelques grains qui rejoignirent sans broncher leur milieu d'origine.

Son regard se perdit dans le lointain. Il n'osa plus se retourner, de peur de considérer son absence. Son cœur se mit à fondre, tout doucement, et chaque seconde devint une épreuve...
Il ferma les yeux et se laissa bercer par le chant des mouettes, ultimes chœurs de la symphonie des flots. Ses mains se crispèrent et il se mit à égréner les chiffres, puis les dizaines, puis les centaines, à toute vitesse...

Il se sentit tanguer, vaciller, quand soudain une onde de douceur le terrassa. Deux mains fines et chaudes s'étaient glissées le long de son visage pour se poser sur ses yeux. Un corps ferme et voluptueux épousa les courbes de son dos, et l'enveloppa d'étincelles invisibles.
Une voix douce papillonna contre son oreille et se déversa comme une eau pure dans son esprit libéré.

Elle était là au rendez-vous, comme promis depuis tant d'heures, tant de jours.

Il libéra ses yeux et baisa les mains, puis les doigts. Il reconnut le parfum, le grain de peau et les ongles, le fin duvet de poils blonds recroquevillés dans le creux du poignet. Il reconnut le bracelet d'argent percé d'ambre jaune et orange. Les mains enlacèrent les siennes et il se retourna doucement.

Elle lui apparut au ralenti, déesse de pureté, de beauté et de chaleur, et il eut envie d'être en elle, entièrement, pour ne plus en sortir. Ses yeux affamés se jetèrent sur chaque parcelle de son corps, sa chevelure épaisse et folle, ses épaules ciselées, ses bras fins et bronzés, sa poitrine arrogante et ronronnante sous son débardeur, son cou musclé et bombé de sang chaud, avide de morsures, et surtout, son visage, temple de richesse, de trésors et d'envie, équation de tous ses rêves et désirs, de tous ses délires d'artistes, point de recherche d'un plaisir utopique, qu'il était seul à contempler.
Sa bouche s'ouvrit délicatement, et elle l'imita. Un sourire se dessina sur leurs deux visages et la fusion eut lieu, violente et urgente.

Leurs deux corps se heurtèrent et s'embrasèrent. Ils basculèrent sur le sable, leurs langues mêlées dans un combat trop longtemps mis en suspens. Ils redécouvrirent leurs goûts et leurs saveurs, tout en s'étreignant. Leurs mains se mirent à tout dévaliser : les vêtements furent écartés et jetés au loin. Ils s'embrassaient à en perdre haleine, comme deux asphyxiés se battant pour une seule goulée d'oxygène.

Pierre se sentit bouillir de l'intérieur. Jamais il n'avait ressenti pareille brûlure, et le corps de son aimée était un parfait combustible. Sa bouche abandonna l'affrontement avec la langue tant désirée et il commença à parcourir le reste du corps si parfaitement féminin. Sa bouche était une furieuse machine, léchant, caressant, embrassant chaque centimètre de cette peau si vivante. Il découvrit la poitrine ferme et onctueuse. Il suça les tétons, dressés comme deux boucliers soucieux d'abandonner la bataille.
Fou d'envie, il descendit plus bas et se délecta du ventre si riche en promesses. Il fureta le long du nombril et savoura une goutte de sueur salée. Puis il descendit vers le saint des saints.

Sa déesse nordique commença à entonner une mélopée de gémissements sans fin qui l'entraînèrent à boire la vie tendue vers lui. Il happa le sexe brûlant et humide et commença à se subsenter de la plus forte des manières. Quand il n'en put plus, il se redressa et libéra son sexe, prêt à éclater. Les deux bouches se soudèrent avec force et il la pénétra, centimètre par centimètre. La plus fiévreuse des sensations déferla dans ses veines et des larmes pures coulèrent de ses yeux. Les jambes de sa déesse s'enroulèrent autour de sa taille et leur étreinte fut totale. Liés au plus profond d'eux mêmes, dans l'amour et l'envie.

Une vague vint caresser leurs jambes et leurs bassins, mêlant ainsi son essence éternelle à leurs fluides de vie.

Le soleil plongea dans le lointain et l'océan se cristallisa en une infinité d'étoiles de feu, telle une toile de maître érigée en leur honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tdesmond.free.fr/index.html
 
L'Amour et la Mer - nouvelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui est la plus belle dans Les mystères de l'amour ?
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Nouvelle Star: Lary de Fontaine les Dijon
» Je passe de l'amour total à l'agacement complet !
» Laure Bolatre, nouvelle écrivain du berry

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK) :: AUTRES MONDES :: Autres auteurs, autres univers...-
Sauter vers: