FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK)

Livre :"LES ADAPTATIONS de STEPHEN KING", (1.99€ en PDF / aussi disponible en version papier).





Ne ratez plus une actualité de STEPHEN KING, avec le CLUB STEPHEN KING :
- Facebook
- Twitter : @ClubStephenKing
- Newsletter (encart à droite, sur le site)
- Flux RSS...

FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK)

http://club-stephenking.fr/
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 PREMIER THEME D'HISTOIRES :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 5 Aoû 2004 - 17:55

Bonjour,
Je me permets de laisser quelques impressions personnelles à propos de vos nouvelles respectives. Je suis moi aussi un gros lecteur, et un petit écrivain, féru de littérature fantastique - et notamment Kingienne - aussi vais-je vous donner mon avis:

- Thomas Desmond : On sent que ce n'est pas ton premier essai, et si ce n'est pas parfait, on perçoit néanmoins une certaine habileté à manier la langue française, ce qui jamais ne nuit. Concernant le déroulement de l'histoire, je dirais que tu arrives un peu "avec tes gros sabots" si tu voies ce que je veux dire : on ne sait pas trop par où ça va sortir, mais on sait que c'est là, et on s'y atends tellement qu'on est guère surpris par les faits. J'aime bien la fin: l'esprit du petit garçon enfermé dans le corps du nounours, et le silence quand à ce que deviens le corps du petit garçon : l'esprit du Nounours prends sa place? Où bien quelqu'un était -il emprisonné comme lui dans la peluche depuis des années? C'est sympa, ça. Ca me rappelle un peu la fin de "Mémé", de King, d'une certaine façon...our finir, je dirais que ce qui manque surtout, c'est une ambiance : dis-en nous plus sur le gamin, fais nous l'aimer, sinon on aura pas peur pour lui! Et amène la chose plus discrètement, surprend ton lecteur...si tu parviens à faire ça, une petite correction stylistique (c'est parfois un peu lourd, et ça manque de naturel sur certains passages) et tu arriveras à une bonne petite nouvelle. Supposant que tu as écris ça "vite fait", c'est une bonne base de travail.

-Muadusul : Syntaxiquement, c'est pas mal écrit. Stylistiquement, c'est déjà un peu moins intéressant. Mais là où ça pêche vraimet cest sur la façon d'amener ton thème : tout va beaucoup trop vite, le lecteur n'est jamais surpris, tu ne parviens pas à "installer" une ambiance, on peut dire que tu mets vraiment les pieds dans le plat (ce qui est parfois souhaitable, mais pas sur toute la longueur). Un mot sur le choix du thème : là où tu as entièrement raison, c'est sur le fait qu'il ne faut pas éviter ce sujet sous prétexte que c'est très éprouvant, en revanche, sa gravité même devrait inspirer un certain respect à l'écrivain, et personnellement je ne m'y tenterai pas, à moins d'avoir une très bonne histoire, qui rends justice aux victimes de tous temps de ce genre de cries odieux. Un dernier mot : j'ai vu sur l'autre thread que tu insistais "et mon histoire? C'est bien?" et sur celui-ci "Je l'ai écrit en 5 minutes? Vous en pensez quoi? etc..." ... ne sois pas trop pressé, et demande-toi davantage ce que tu peux apporter à ton écriture plutôt que le contraire. Ecrire une nouvelle, un roman, un scenario, ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère; et le temps consacré n'est rien quand on est fier du résultat...

-Lux : Alors toi, c'est le contraire : on dirait que tu as trouvé et est parvenu à installer une ambiance, en revanche les faits ont du mal à suivre. Ca manque un peu de clareté au niveau de l'écriture et au niveau du déroulement de la nouvelle (toute proportion gardée bien sûr : ton essai gagnera forcément a rester un peu mystérieux, limite confus, puisque d'une certaine façon l'essence en découle). C'est curieusement ton récit qui m'a le plus surpris et décontenancé...je suis pas sûr de voir où tu veux en veir, mais en étoffant un peu ta nouvele et en la rendant un peu plus lisible, je pense que tu tiens vraiment quelque chose. Peur? Non. Mystère? Sans aucun doute.

-Curtwilcox : La trame peut être sympa, bien que peu originale (mais qui peut encore prétendre écrire quelque choe qui n'a jamais été écrit ou raconté...) : l'idée du défenseur/ami imaginaire qui finit par se matérialiser et commettre des actes ignobles pour vous servir contre votre volonté, j'aime bien. Cependant, les faits sont amenés un peu trop facilement, tu ne surprends pas le lecteur...et puis ça manque là encore d'une atmosphère propre à nous inquiéter, à nous faire ronger nos ongles...D'un point de vue stylistique, ce n'est pas très bien écrit, on a un peu l'impression de lire une rédaction type collège : on sent un manque de pratique de l'écriture, mais rien qui ne soit impossible de corriger avec un peu de boulot. En fait, je verrais bien ton histoire en Comic, à la façon de Tales from Crypt ou Creepshow...

-Le Roteur : que dire si ce n'est "LOL"...en fait si, j'ai d'autres trucs à dire : c'est écrit sans prétention, et ça déjà c'est génial. C'est super humoristique, et d'ailleurs c'est un peu que ça, mais j'imagine très bien ce type d'humour dans une nouvelle plus étoffée, plus "sérieuse" aussi quand à sa trame. Cest le genre de détail qui rend une lecture vivante : ça sent le vécu (enfin en partie), le vrai, ce n'est pas de la super-prod Hollywoodienne vaguement ressucée (c'est le cas de le dire) pour en faire une nouvelle. C'est l'une des nouvelles qui sortent du lot (pour une raison ou pour une autre), alors que pourtant c'est un gros calembours de potache. Tu as le mérite de nous faire rire là où les autres tentent (pas toujours avec succès) de nous effrayer. J'aimerais lire quelque chose que tu aurais écrit un peu moins "par dessus la jambe"...

-Creed : Je n'ai pas accroché à l'histoire, trop linéaire, trop film made in USA, trop "Signs" comme l'a déjà dit quelqu'un. Je suis tellement passé à côté que je ne peux pas te dire grand chose de lus, désolé. Tente quelque chose de plus personnel, de plus proche de toi, ça pourrait donner un meilleur résultat. J'ai cru comprendre que tu étais assez jeune : il te reste pas mal de temps pour améliorer style, syntaxe et qualité de narrateur, alors ne te désespère pas si les gens n'ont pas trop accroché à ton histoire.

-Littleangel : La première chose que j'ai envie de dire...en fait, c'est une question : le chat Poupsy est -il un homage à Popsy, le vampire dans la nouvele éponyme de King? L'idée de base est assez sympa, même si l'ensemble est un peu confus: on a un peu du mal à comprendre quoi, qui, quand, pourquoi...et puis ça mériterait d'être plus développé : comme l'a dit Mr T.Desmond : vous avez de bons squelettes, habillez les avec de la chair. Je suis d'accord : mettez plein de morceaux de chairs dans vos histoires, faites-y couler un peu de terreur, secouez et c'est prêt! Mais encore une fois, on a du mal à ressentir une ambiance, du mal à s'attacher au personnage...Ce n'est pas mal écrit syntaxiquement, mais c'est parfois un peu lourd en construction. Pour conclure : je persiste quand au potentiel de ton idée.

-Andy : J'aime bien ton histoire (même si la fin n'est pas encore en ligne). Tu parviens à instaurer une ambiance, un monde : je peux presque voir ce foutu cabanon, dans os bonnes campagnes, et ce bon vieux grand-père un peu rude...L'emploi d'un langage assez familier (surtout au début) donne beaucoup : la difficukté c'est de bien "doser" entre le pas assez et le beaucoup trop, at là tu es seul maître (j'ai eut l'impression que celà s'estmpait au fil du récit). Et puis ton histoire me touche, parce que j'ai déjà fait ce genre de boulot : enterré dans un local sous-terrain vouté où l'on ne tient pas debout, et où les araignées, l'obscurité et l'odeur se disputent le titre du paramètre le plus désagréable du lieu (les voisins croyaient qu'on avait retrouvé des cadavres...). Donc : idée de base sympa. Mais dans la 2e partie, je trouve que les faits se déroulent un peu vite, on a du mal à suivre ce qui se passe, et tu perds l'ambiance qui commençait à s'installer. On a besoin d'un peu de détails, et d'un peu de temps aussi. Une petite relecture style/syntaxe ne ferait pas de mal (comme pour la plupart) mais c'est loin d'être ridicule. Je n'en dis pas plus puisque je n'ai pas lu la fin...

Voilà, je vous ai livré mes petits avis personnels, et fichtre, c'est presque aussi long que vos nouvelles! J'espère n'avoir blessé personne : mes remarques n'ont pour but que de vous donner une opinion extérieure sur vos récits, rien d'autre. Je ne suis pas plus qualifié que vous en terme d'écriture, aussi ne vous formalisez pas de mes propos : une grande partie est sans doute tout à fait dénuée de bon sens.
Et puis, vous avez eut le courage de donner à lire vos petites productions, et ça c'est énorme.
"La critique est facile, mais l'Art est difficile" : alors n'oubliez pas en lisant mon message, que moi j'ai eut le côté facile de l'histoire, alors que vous vous êtes tapé tout le boulot...si je trouve suffisamment de courage, je tenterais d'écrire une petite histoire rien que pour vous, sur ce même thème de "La peur de la chose qui se cache dans l'ombre"...comme ça vous pourrez dire plein de mal sur ma nouvelle et critiquer abondamment chaque ligne (ce en quoi je vous serais très reconnaissant).

Merci de nous avoir offert ces histoires.

Keep it up!

Et à bientôt peut être...
Revenir en haut Aller en bas
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 5 Aoû 2004 - 20:11

Merci pour l'analyse de ma nouvelle, oui je devrai surement y retravailler tongue10 , tu n'est pas le 1er a me le dire.
Au fait qui est-tu? jumping38
J'édite le post, plus simple tongue10 . Voila je suis entrain de retravailler ma p'tite histoire. Dès que c'est fini j'édit le post ou elle se trouve avec la nouvelle version. Merci de me donner à nouveau votre avis. trembing (j'adore ce smiley lol)


Dernière édition par le Jeu 5 Aoû 2004 - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 5 Aoû 2004 - 21:53

Merci pour ta franchise et pour les conseils! C'est vrai que pour l'instant j'ai pas vraiment de style... Va falloir que je bosse!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 5 Aoû 2004 - 22:54

trembing Voila page 3 :revue et j'espere améliorée rip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Dufresne
Fidèle Lecteur
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Pénitencier de Shawshank
Date d'inscription : 26/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 9:55

Idem, cela me fait plaisir d'avoir vos avis. A vrai dire, j'aimerais vraiment me poser pour rédiger une histoire. Celle ci (actuellement en ligne) est rédigée en direct-live sur mon heure de repas le midi. C'est assez paradoxal puisque j'aime aussi écrire sous la contrainte du temps, mais ce qui peut également être une contrainte et se faire resentir sur l'histoire (comme tu le dis, les éléments s'enchaînent peut être un peu trop vite ;-)

Merci donc pour ta "vista". J'aimerais bien lire un truc à toi... Je vous livre la fin dès que possible, et merci pour ses petits courts métrages d'écriture ;-) !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 11:30

Voila je viens de finir les histoires que j'avais pas encore lues et je les trouve très chouette yesmaster

Juste une question pour Andy Dufresne: A quoi ça sert d'isoler la cave?

Sinon, j'ai vraiment aimé (j'espere que la fin ne tardera pas trop trembing )

Sympa aussi le double clin d'oeil (vis à vis de ton pseudo et d'un perso de S. King):
Pour ce bouzeux, deux issues pour s’en sortir : la corde (pour échapper à Mr Dufresne, son banquier) …

Je trouve ça marrant de "croiser" des visages familiers. trembing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 14:04

Waouh! Surprised Littleangel c'est génial ce que tu as fait avec ta deuxième version!!!!! J'avais déjà bien aimé ta première mais là, j'adore carrément, c'est super! :heart:
Toutes mes félicitations!
Je vais suivre ton exemple et je vais remanier mon histoire pour avoiir une nouvelle version revue et p-e améliorée (en tout cas, j'espère que ça fera comme pour toi!)

(j'ai voulu envoyer ce post hier soir mais ça marchait pas...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 14:54

Merci c'est gentil Embarassed , j'avais peur que ça fasse trop long affraid mais bon apparament ça va Very Happy .
Ca me met un peu plus en confiance pour le prochain thème Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 15:26

Par contre, juste un petit truc : fais gaffe aux fautes! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 15:29

Ok j'y ferai gaffe (Y en a beaucoup? Surement de conjugaison je parie rip , je suis nulle en conjugaison Crying or Very sad )


Dernière édition par le Ven 6 Aoû 2004 - 15:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 15:37

Roteur, il ya quelque chose qui m'embêtes dans ton histoire... :scratch: Si le gars regarde une cassette porno comment ça se fait que l'antenne dérègle tout (passke quand tu regardes une cassette pas besoin d'antenne...)?
Sinon, j'aime bien ton histoire, elle sent le vécu! tongue10 lol

Littleangel : Ouais surtout des fautes de conjugaison et y en a qd même un petit paquet (mais c'est pas encore trop génant... la preuve vu que j'ai bcp aimé!!!)

Bon j'ai trouvé pas mal de trucs qui allaient pas dans ma nouvelle et je crois que la réédition (ou plutôt relecture vu que l'autre avait été faite directement au propre...) ne devrait pas tarder... Il vaut mieux que je fasse un nouveau post pour la mettre ou que je réédite l'ancienne?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
Ben Mears
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 15:45

Andy Dufresne a écrit:
Appuyant sur mes pieds, je me glissa sur le dos et pénétra dans la cave.
Me débarrassant de la plaque de polystyrène, je pivota et me mis sur le ventre pour ramper vers la sortie. .

Attention à la grammaire, Andy! Passé simple d'un verbe du 1er groupe se conjuguant à la 1ère personne fini par "ai". Ex: Je pivotai, me glissai, etc... Vous me le copierez cent fois. Laughing

Sinon, très bonne histoire. Il me tarde de connaître la fin.
La tienne m'a aussi beaucoup plu, Little angel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mears.monsite.wanadoo.fr/index.jhtml
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 15:49

Merci Ben Mears Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 6 Aoû 2004 - 15:52

dsl, pas vue que j'étais pas connectée.
PS: si une âme charitable se porte volontaire pour corriger mes fautes de conjugaison lol! , je suis preneuse yesmaster . C'est un domaine où je suis vraiment nulle rip Boulet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
herbertwest
Gardien de la Tour
avatar

Nombre de messages : 3784
Localisation : somewhere
Date d'inscription : 15/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Sam 7 Aoû 2004 - 22:41

g lu toutes les nouvelles et bien qu'elles soient différentes je les ai toutes appréciées Smile et dans chacune il y a de belles idées

félicitations a tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://club-stephenking.fr
Andy Dufresne
Fidèle Lecteur
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Pénitencier de Shawshank
Date d'inscription : 26/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Lun 9 Aoû 2004 - 11:56

Littleangel_be a écrit:
Voila je viens de finir les histoires que j'avais pas encore lues et je les trouve très chouette yesmaster

Juste une question pour Andy Dufresne: A quoi ça sert d'isoler la cave?

Sinon, j'ai vraiment aimé (j'espere que la fin ne tardera pas trop trembing )

Sympa aussi le double clin d'oeil (vis à vis de ton pseudo et d'un perso de S. King):
Pour ce bouzeux, deux issues pour s’en sortir : la corde (pour échapper à Mr Dufresne, son banquier) …

Je trouve ça marrant de "croiser" des visages familiers. trembing

Pour la fin, elle va arriver (un bon we de repos ne fait jamais de mal ;-). Pour l'isolation de la cave, c'est ce que font pas mal de personne (laine de vers...) pour éviter l'infiltration de l'humidité dans une pièce, ou pour conserver la chaleur d'une pièce). En l'occurrence, ici, c'est avant tout pour l'humidité de la cave. Vous avez devinez que cette mission a été vécue de très près pour moi, mais avec un grand père bien plus sympa ;-))) A++
Andy, le tolard malgré lui ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Lun 9 Aoû 2004 - 14:05

Merci pour ta réponse trembing

Vaut mieux demander tongue10 et apprendre que mourir idiot rip
lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andy Dufresne
Fidèle Lecteur
avatar

Nombre de messages : 26
Localisation : Pénitencier de Shawshank
Date d'inscription : 26/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Lun 9 Aoû 2004 - 16:47

Isolé (3/3 FIN)

Décidé à me libérer enfin de ma léthargie, je pris mon courage à deux mains pour gagner au plus vite la sortie. Fixant l’ouverture de la cave désespérément, les coudes plaqués au sol, je rampais dans la boue.
Alors qu’il ne me restait plus que deux mètres à parcourir avant d’atteindre la sortie, je ressentis une douleur atroce dans le mollet gauche. C’en était fini pour moi : le bosh m’avait rattrapé et m’attaquait en traître du fond de son caveau mortuaire. Ses vieux chicos venaient probablement de se planter dans ma chair. Une douleur fulgurante me figea sur place et je faillis m’évanouir sur le champ. Ce macabé allait me dévorer vif et je le rejoindrais ad vitam dans ce trou…

Ne voulant pas me retourner redoutant de voir cette boucherie, je me débattais en donnant des coups de pieds dans tous les sens. Je me sentais épuisé, de plus en plus faible… j’allais mourir…
Boule rouge incandescente à travers l’ouverture de la cave, le soleil m’offrait ses plus belles lumières pour mon dernier couché de soleil. Quel beau spectacle…

Dans la seconde qui suivit, le soleil fut remplacé par une lumière blanche intense qui m’éblouit… Je ne voyais plus rien… Je me sentis alors irrésistiblement partir en avant, tiré par une force phénoménale. C’était donc ça la mort ? Elle venait me chercher… Je fermais les yeux et poussais un dernier hurlement de désespoir…

- Ca va fiston ?

Mon grand père se tenait au dessus de moi. Je n’étais pas mort ? Reprenant progressivement mes esprit, je me mis en position assise. J’étais à quelques mètres du chalet « échoué » sur les graviers.

- Suis vraiment désolé fiston. J’aurais pas dû m’absenter, mais j’ai voulu aller te chercher un éclairage un peu plus conséquent que ta simple lampe torche pour que tu y vois quelque chose là dedans…

Il me désigna du doigt un pied allogène qui jonchait le sol.

- Lorsque je suis revenu, je t’ai entendu hurler. J’ai donc couru aussi vite que mes vielles jambes me le permettaient. J’ai immédiatement allumé l’allogène et je l’ai dirigé vers l’intérieur. Te voyant hurler, j’ai pas réfléchi une minute et t’ai immédiatement saisit par le col back pour te sortir de là dessous. Tu t’étais évanouis…

Complètement sonné, je le regardais droit dans les yeux. Son regard se voulait rassurant et protecteur.

- Tu sais que tu m’as fichu une sacré peur bleue fiston. En allant là dessous, on a dérangé sans le savoir une maman lapin qui était sur le point de mettre bas ses petits. Paniquée, elle t’a mordu le mollet pour se défendre.

Mon grand père éclata de rire !

- Tu vois, ça c’est la campagne fiston ! C’est pas à la ville que tu vas te faire attaquer par des lapins, hein ?

Quoi qu’un peu anxieux d’avoir chopé la rage où une maladie dans ce genre, j’étais malgré tout soulagé. Mon imagination m’avait vraiment joué des tours. Pas de mort-vivant là dessous qui me poursuivait pour se faire un petit apéro dînatoire de mon mollet !

- Allez fiston, on va panser tes blessures de guerre. Rien de grave, c’est le métier qui rentre !

M’appuyant sur sa large épaule pour me relever, je jetais un dernier coup d’œil vers l’entrée de la cave. Je me jurais alors de ne plus jamais me reglisser là dessous de mon vivant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Lun 9 Aoû 2004 - 19:35

C'etait bien. thumright . J'espere que les suivantes le seront aussi trembing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben Mears
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Lun 9 Aoû 2004 - 20:26

Heu... ça mord, les lapins? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mears.monsite.wanadoo.fr/index.jhtml
yann
fan #1
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 38
Localisation : Provins
Date d'inscription : 18/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Lun 9 Aoû 2004 - 22:14

oui et ca fait mal, j'en ai deux a la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Mar 10 Aoû 2004 - 9:47

Franchement c'était bien!!! :thumleft: Le fait que ce soit en épisode a contribué à la qualité de ton histoire (à mon avis...) Félicitations!!!!


Dernière édition par le Mer 11 Aoû 2004 - 15:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
LouVanHille
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 895
Age : 47
Localisation : LILLE 59
Date d'inscription : 13/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Mar 10 Aoû 2004 - 13:44

Ben Mears a écrit:
Heu... ça mord, les lapins? Shocked

oui !!!!!
Et ils font d'ailleurs très mal avec leurs petites dents

:albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino: :albino:

Demande à Anya ce qu'elle en pense des Lapins ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://club.stephenking.free.fr/
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Mer 11 Aoû 2004 - 19:23

Ah Anya!!! :heart: :heart: :heart:

A part ça, j'ai pris du retard quand à la réécriture de ma nouvelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
Ben Mears
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 12 Aoû 2004 - 1:24

Mais qui est donc Anya Confused: :scratch:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mears.monsite.wanadoo.fr/index.jhtml
LouVanHille
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 895
Age : 47
Localisation : LILLE 59
Date d'inscription : 13/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 12 Aoû 2004 - 7:46

Heuuu.... Anya est un des personnages principaux de la série BUFFY CONTRE LES VAMPIRES. C'est un ex-démon de la vengeance et elle considère les lapins comme des créatures viles et horribles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://club.stephenking.free.fr/
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 12 Aoû 2004 - 12:05

Elle apparait dans la troisième saison en tant que personnage (très)secondaire avant de prendre de l'importance à partir de la saison suivante. Jouée par Emma Caulfield.
(quelque précisions qui me semblaient de bon aloi :brilsmurf: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
Ben Mears
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 12 Aoû 2004 - 14:48

Ok, merci du renseignement.Mais c'est une serie que j'ai completement zappé. :albino:

PS: Vous ne trouvez pas que le forum rame un peu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mears.monsite.wanadoo.fr/index.jhtml
LouVanHille
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 895
Age : 47
Localisation : LILLE 59
Date d'inscription : 13/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 12 Aoû 2004 - 14:50

Pas chez moi en tous cas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://club.stephenking.free.fr/
Snap
fan #1
avatar

Nombre de messages : 225
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 12 Aoû 2004 - 16:07

Ni chez moi , sinon il a quelques fois du mal a s'affiché...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben Mears
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 471
Date d'inscription : 16/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 12 Aoû 2004 - 19:37

Creed a écrit:
Ni chez moi , sinon il a quelques fois du mal a s'affiché...

C'est justement ça que je veux dire. Des fois, ça rame pour afficher. Mais c pas trop gênant. Je crois que ça dépend peut-être des heures. Comme là, par ex, ça a l'air d'aller mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mears.monsite.wanadoo.fr/index.jhtml
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 12 Aoû 2004 - 19:44

Pour moi aussi, ça fait pareil à des moments pour le forum.
A part ça, ça y est! J'ai fini la deuxième mouture de ma nouvelle, plus longue et, je l'espère, meilleure. La voici :
Une imagination débordante.

Ma petite sœur est une vraie pipelette. Elle a que 5 ans mais qu'est-ce qu'elle peut m'énerver ! Le pire, c'était hier… J'étais tranquillement en train de jouer au " Camping de Trolli ", mon jeu préféré, celui où je joue avec toutes mes figurines en même temps, quand elle est rentrée dans ma chambre. Déjà, rien que ça, ça m'a énervé parce qu'elle sait très bien que je déteste qu'elle vienne sur mon territoire. Mais en plus, elle s'est mise à me parler sans s'arrêter de sa classe et à m'expliquer pourquoi untel ou unetelle était " polisson " (c'est comme ça qu'elle dit alors que ça doit être un mot qui ne doit plus être utilisé que par ma mamie…et encore pas souvent !). Bien sûr, tout le monde était au moins un peu polisson sauf elle, Maman aurait dû l'appeler Ste Diane au lieu de Diane tout court, et sa copine Madyssone.
Au bout de plus de dix minutes de paroles sans aucun arrêt, au lieu de lui arracher ses petits cheveux blonds, de lui crever ses mignons yeux bleus ou tout simplement de lui scotcher la bouche, j'ai décidé que le meilleur moyen d'avoir la paix était de lui flanquer la frousse de sa vie. J'ai profité d'un moment où elle reprenait un peu son souffle (chose qui n'arrive pas assez souvent à mon avis) pour lui glisser à voix basse :
"Tu sais, je te l'avais jamais dit avant mais il y a un monstre sous mon lit "
Rien que ça lui a fait écarquillé les yeux alors, satisfait, j'ai continué.
" C'est un gros monstre tout poilu. Il est vert et il a des tentacules. Et en plus, il mange les enfants.
- Ah ouais ? m'a-t-elle d'une voix tremblotante. Alors comment ça se fait qu'il ne t'a pas mangé, toi ?
- Eh ben, c'est parce que ça fait longtemps qu'il habite sous mon lit alors je le connais bien ! Même qu'il s'appelle Rufus. Mais en fait, à part moi, il déteste tout le monde et tu sais ce qu'il déteste le plus ? " Elle a secoué la tête " Qu'on le réveille quand il dort. Moi, ma voix il la connaît donc ça le dérange pas mais la tienne… En plus, il vient tout juste de s'endormir "
Je ne pus pas m'empêcher de sourire en disant cela et mon sourire s'élargit encore en voyant que ça lui avait fait quitter ma chambre en pleurant et en appellant Maman.

Quand elle est arrivée dans le salon et qu'elle a tout expliqué entre deux crises de larmes à ma mère, mon sourire s'est vite évaporé… Je savais déjà ce qui allait se passer :
" Tom ! Viens ici tout de suite ! "
J'ai tout de suite obéi, la tête basse, me préparant d'avance à la foudre maternelle. Après tout, j'avais l'habitude ! Diane a toujours été sa chouchoute et il suffisait d'un rien pour qu'elle aille se plaindre et, ça ne ratait jamais, au final c'est moi qui prenait.
A peine arrivé dans le salon, j'ai vu dans les yeux de Maman, du même bleu très clair que ceux de ma sœur, une expression de reproche et de résignation mêlée à une sorte d'abattement. J'ai aussitôt compris ce que cela voulait dire : par ma faute, elle allait devoir passer des heures à calmer Diane pour qu'elle dorme et s'occuper d'elle en pleine nuit quand elle se réveillerait en hurlant. Ce regard, plus encore que sa mine renfrognée et ses lèvres pincées, m'a fait regretter ce que je venais de faire.
" Combien de fois devrais-je te le dire ? Ta sœur n'a que 5 ans ! Bon sang, tu n'as pas honte de la faire pleurer ? Tu as 8 ans quand même ! Tu devrais comprendre !
- Mais Maman ! Elle arrêtait pas de m'embêter !
- Je ne veux rien savoir ! Tu n'avais pas à lui raconter des sottises pareilles ! Regarde dans quel état tu l'as mise ! "
Diane a alors tourné la tête de dedans la jupe de Maman, ses yeux encore embués de larmes.
" Va dans ta chambre ma chérie s'il te plaît ! " lui a dit Maman d'une voix douce et débordante d'amour.
Dès que ma sœur eût dépassé la porte du salon, j'ai essayé la répartie ultime de tous les enfants, celle dont on pense tous qu'elle marche à tous les coups :
" C'est elle qui a commencé !
- Arrête un peu, s'il te plaît ! " m'a répondu Maman en élevant la voix, chose qu'elle ne s'était pas permise tant que sa " petite puce en sucre " était là. " Je ne cherche pas à savoir qui a commencé ! Ce que je vois c'est que ta sœur pleure et que tu vas aller lui faire des excuses immédiatement ! Et tu lui expliqueras toi-même que tout ce que tu lui as raconté n'était que des mensonges !
- Mais… " Elle me coupa aussitôt d'un geste de la main. Discussion terminée.

En traînant les pieds et râlant doucement, je suis allé dans la chambre de ma sœur avec l'intention d'obéir. Je ne voulais pas avoir plus de problèmes ! Pourtant, à peine avais-je passé le pas de la porte que cette petite peste me hurlait déjà que j'étais un méchant et me balançait des coups de pied. Comme elle était dans sa propre chambre, elle n'avait plus peur. Mon sang n'a fait qu'un tour.
" Arrête ! lui ai-je crié. Sinon je dirai à Rufus que tu as été méchante avec moi et il te dévorera toute crue ! Je lui dirai de venir dans ta chambre pendant la nuit, de se cacher dans ton placard et d'attendre que tout le monde dorme avant de ne faire qu'une bouchée de toi ! "
Je n'avais même pas fini qu'elle courait déjà chercher du réconfort auprès de Maman. Cette dernière lui a expliqué que les monstres n'existaient pas et, pour lui prouver, elle l'a emmené dans ma chambre pour lui montrer les moutons de poussière qui étaient les seuls habitants de " sous le lit de Tom ". Ensuite elle a dû lui montrer que le monstre qui n'était pas sous mon lit n'était pas non plus dans son placard. En passant devant moi dans le couloir, Maman m'a jeté un regard noir qui m'a fait clairement comprendre qu'elle était loin d'en avoir fini avec moi.

Lorsque mon père est rentré de son travail, c'est-à-dire juste après que je sois sorti du bain, mes deux parents m'ont appelé et, après m'être fait sacrément disputé, ils m'ont annoncé que ce soir je devrais aller au lit, lumière éteinte et tout le tintouin, dès que le repas serait terminé et mes dents brossées. Et que je n'avais pas intérêt à me plaindre car ça pouvait empirer. Je n'avais donc pas droit à l'habituel câlin du soir devant la télé, le seul moment de la journée où je me retrouvais seul avec mes deux parents, ma sœur étant déjà au lit. Pas le droit non plus au traditionnel bisou au lit.

J'étais donc couché ce soir-là dès 20h30. Seul. Dans une obscurité presque totale où seules la lumière du salon qui filtrait à travers la porte à moitié fermée de ma chambre, à ma gauche, et celle de mon radio-réveil éclairaient d'une lueur blafarde ma chambre. Cette chambre que je connaissais si bien prenait tout à coup une allure mystérieuse. Je parvenais à peine à distinguer le poster avec tous les Pokémon qui était en face de moi et celui d'Harry Potter, à côté, avait pris un air menaçant. Mon bureau, lui, formait une grosse masse sombre à côté de mon placard, un de ces placards encastrés dans le mur. Une des deux portes coulissantes de ce dernier était bloqué depuis plusieurs jours et Papa devait la réparer. On n'arrivait plus à la fermer complètement.
" On dirait la forme d'un carambar géant " ai-je pensé en observant cet entrebâillement depuis le fond de mon lit. Cette idée m'a fait frissonner sans que je sache vraiment pourquoi. Après tout, rien n'était plus ridicule ! Et pourtant, je me suis mis à serrer mon " Bob l'éponge " en peluche un peu plus fort, avalant ma salive avec difficulté et regardant fixement le placard, les yeux exorbités. Je le voyais se former dans l'entrebâillement obscur, ce grand bâton jaune de 2 mètres de haut avec son espèce de plumeau rouge et blanc sur la tête, là où le papier s'enroule sur lui-même pour fermer l'emballage. Je voyais ses grands yeux rouges et brillants où ne brillait que de la méchanceté, sa bouche démesurée aux dents acérées, ses grands bras filiformes, accrochés à l'emballage se tendant vers moi pour m'étrangler et ses jambes allongées qui le faisaient se rapprocher de moi doucement. Je voyais tout ça dans ce rectangle obscur. Je savais que c'était idiot pourtant je n'arrivais pas à fermer les yeux de peur qu'il sorte vraiment. De toute façon, je n'avais pas sommeil, il était bien trop tôt !
J'ai fait un effort de volonté pour tourner la tête vers mon radio-réveil dont les gros chiffres verts phosphorescents m'ont indiqué qu'il était 20h45. Je me suis mis à repenser aux grands bras maigres et blancs du carambar serrant mon cou. 20h46. J'ai vu son rictus, à la fois plein de méchanceté pure et de satisfaction. 20h47. Il s'approchait à pas lents. 20h 48. J'ai détourné les yeux du radio-réveil quelques secondes pour voir si, par hasard, il n'y avait pas de jouets par terre sur lequel il pourrait trébucher mais rien ! Je n'ai pourtant pas osé me lever pour lui placer des embûches car je savais que mes parents pouvaient entrer d'une seconde à l'autre vérifier si je respectais leur punition et qu'aucune excuse n'aurait été valable. Je me suis recouché sur le côté, scrutant à nouveau mon radio-réveil, mon " Bob l'éponge " toujours tout contre mon cœur. Celui-ci battait toujours la chamade. 20h49. J'ai revu les yeux du monstre luire comme deux braises rougeoyantes. 20h50. Ses dents pointus, effilées comme des lames de rasoir…

Cela a continué jusqu'à tard dans la nuit. Je me souviens avoir vu qu'il était 22h15 quand j'ai entendu mes parents aller se coucher. Jusqu'à ce moment-là, je n'entendais encore que la télé, son vague mais présent quand même, mais, dès qu'ils se sont couchés, tout un monde de bruits s'est ouvert à mes oreilles. Les petits claquements du bois qui travaille, le tic-tac de l'horloge du salon, les battements de mon cœur, un grincement de ressort qui a duré quelques minutes, le vent contre mon volet, les feuilles du chêne planté devant chez nous qui se frottaient les unes aux autres et un autre, que je n'entendais pas avec mes oreilles mais qui semblait venir de mon esprit même. Ce dernier était le plus terrible. C'était une sorte de ricanement, si sourd qui aurait tout aussi bien pu être un grognement.
La lumière dans ma chambre se résumait alors à celle de mon radio-réveil mais elle suffisait à jeter une sorte de halo vert qui atteignait mon placard. Je suis resté allongé sans bouger pendant encore un long moment, fixant alternativement mon radio-réveil et le placard. SON placard.

Je finis quand même par sombrer dans le sommeil. Je ne me souviens pas de tous les rêves que j'ai fait cette nuit mais seulement du cauchemar, un de ces cauchemars si réalistes qu'au moment où on se réveille, on ne distingue plus la part du rêve de celle de la réalité. Dans mon cauchemar, une monstruosité " mi homme - mi carambar " aux yeux de braise sortait de mon placard et s'approchait à pas lents de mon lit. Un rictus hideux dévoilant ses dents, qui ressemblaient plus à des crocs, déformait son visage longiligne. Ce monstre s'approchait de moi sans un bruit. Je me suis recroquevillé sous ma couverture. Je voulais crier mais aucun son n'arrivait à sortir de ma gorge. Je voulais me sauver mais mes jambes étaient pétrifiées. Il allait m'avoir. Il le savait aussi bien que moi et savourait ma peur.
Au moment où ses bras se sont tendus au dessus de mon lit, j'ai vu un mouvement sur le côté. J'ai tourné la tête et découvert un tentacule vert et poilu, aussi gros que le tronc d'un petit arbre, qui sortait de sous mon lit. D'autres tentacules identiques ont jailli des deux côtés de mon sommier et se sont avancés vers le carambar géant. Celui-ci a détourné son attention de moi pour voir ce que je regardais. La surprise venait à peine de se peindre sur son visage qu'il a été frappé de plein fouet par un des tentacules. Effrayé, le monstre en caramel a reculé vers son placard suivi par certains des tentacules qui ont encore, pour certains, réussi à l'atteindre. L'un d'entre eux a même frappé avec tant de force que le papier d'emballage a crevé et un bout de caramel gros comme mon poing s'est détaché du monstre. Blessé, le carambar poussa un petit gémissement et me lança un regard de haine avant de réintégrer le placard et c'est là que le cauchemar s'est arrêté, sur cette sensation de soulagement qui suit toujours une peur si intense.

Ce matin, je n'ai pas entendu mon radio-réveil, comme souvent, et Maman a donc envoyé Diane pour me réveiller, ce qui arrive à peu près un matin sur deux et a le don de me faire lever de mauvaise humeur. Diane est arrivé, comme d'habitude, en hurlant et s'est approché pour me crier dans les oreilles. Comme j'avais mal dormi, j'ai mis mon coussin sur mes oreilles pour étouffer le bruit et tenter de me rendormir. Ce que j'ai réussi à faire malgré les piaillements et les secousses de la peste qui me sert de sœur.
A mon réveil, les cris de Diane s'étaient arrêtés. J'ai à moitié ouvert les yeux et ai vu qu'elle n'était plus là. Soulagé, j'ai complètement ouvert les yeux et suis resté un moment allongé, les yeux ouverts, tâtonnant sur ma table de nuit à la recherche de mes lunettes. En me levant, j'ai vu que ma chambre n'était pas aussi vide que je le pensais. Sur le sol, près de mon lit, il y avait un gros bout de caramel et un chausson rose de petite fille.

Voilà, l'histoire n'a pas varié d'un iota mais j'ai essayé de mettre "plus de chair". Dites-moi ce que vous en pensez... (je laisse la première mouture à titre de comparaison.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 13 Aoû 2004 - 16:49

Moi je la trouve mieux yesmaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 13 Aoû 2004 - 21:08

Moi aussi Mr. Green (tant qu'à faire... sinon ça m'aurait fait chier de passer des heures sur la 2e et un quart d'heure pour la première!!!)
Mais je suis pas objectif alors... silent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
curtwilcox
fan #1
avatar

Nombre de messages : 161
Localisation : Verdun ou Nancy quand je suis à la fac. Enfin en Lorraine quoi!
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 19 Aoû 2004 - 22:33

A quand le 2e thème? trembing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caaaaaartman.skyblog.com/
LouVanHille
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 895
Age : 47
Localisation : LILLE 59
Date d'inscription : 13/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 19 Aoû 2004 - 23:27

Je suggère 1 thème par mois.
Le suivant sera donné le 01/09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://club.stephenking.free.fr/
maerlyn
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 454
Age : 30
Localisation : Sur le Balcon
Date d'inscription : 14/08/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 3 Sep 2004 - 2:45

Alors Lou as-tu quelque chose à nous mettre sous la dent? :face:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hakumei.free.fr/
SG-Mimeo
Junkie du forum


Nombre de messages : 1
Localisation : Aquitaine
Date d'inscription : 16/10/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Sam 16 Oct 2004 - 20:07

Hello tout le monde Smile

Je suis nouveau sur votre board. Bon je n'ai pas lu toutes vos histoires mais en tout cas celles des deux premières pages sont vraiment de très bonne qualité. Féliciations aussi à Thomas Desmond dont les nouvelles sont fortes interessantes Wink

Je cherche à promouvoir une histoire longue que je suis en train d'écrire. J'ai fait un site rapide avec le truc pour débutant de wanadoo mais le résultat est ... comment dire ? A bas les sites préfabriqués ! Shit

D'ici à ce que je fasse un site digne de ce nom, j'essais de trouver des sites comme le votre pour essayer de me faire connaître un peu. Bon ça ne vaut pas un passage au 20 heures de TF1 mais c'est dejà ça Twisted Evil

Pour ne pas poster que l'adresse de mon site (préhistorique), j'ai écrit une histoire cet aprem en essayant de suivre ce thème. Je ne l'ai pas terminée mais j'essairai de poster la suite ou la fin demain. Tout dépendra de l'inspiration que je retirerai Wink

Désolé au passage si c'est un peu long mais je pense que vous avez deviné dejà en lisant ce message Smile


Auteur : Stéphane GARCIA

Adresse : gallonigher@gmail.com




L’heure c’est l’heure. Le gong de 18H00 venait de vibrer tel un appel à la mort pour Chris. Il ne voulait pas y aller. Il pensait pouvoir comme hier esquiver la corvée en se faisant paraître mal à ses parents mais hélas pour son malheur, son père semblait l’être également. Le gong de la grande horloge qui ornait le mur du salon venait à peine de s’estomper que monsieur Larose éleva la voix :
- Fiston ! dit il d’une voix rauque. C’est l’heure d’aller chercher le linge à la cave !
- Mais papa ! Je ne me sens pas trop bien ce soir. Ça ne peut pas attendre ? Chris avait volontairement faiblit sa voix.
- Ah non ! Sa voix se voulait autoritaire malgré sa difficulté évidente à s’exprimer. Je viens de rentrer du boulot et je crois qu’un de mes collègues m’a refilé sa grippe. Alors dépêche toi ! C’est pas la mer à boire quand même !
- D’accord j’y vais. Chris avait répondu résigné malgré le fait qu’il sache ce qui l’attendait à la cave.

Depuis que Chris et sa famille avaient emménagés dans cette petite maison, on ne peut pas dire que ce petit monde coulait des jours heureux. Sylvie, la grande sœur de Chris, devait aller étudier à Bordeaux et sa mère avait insisté pour qu’elle ne quitte pas la maison. Bordeaux étant situé à plus de 200 km du domaine familial, la seule solution avait été pour la famille de Chris de plier bagage pour venir s’installer plus au sud. Le père de Chris avait alors trouvé une petite maison qui, selon ses dires, était un véritable rêve baignant dans la réalité. Pas luxueuse mais suffisante pour accueillir les quatre membres de la famille. Proche de Bordeaux mais non soumise à son trafic infernal, jardin resplendissant, voisins éloignés mais plutôt aimables, intérieur en très bon état et surtout louée pour pas chère. Ni une in deux, Chris fut sommé de plier bagage et de quitter la chambre où il avait passé les neuf années de sa vie. Au début, Chris s’était plutôt sentit à l’aise. Il avait même eu la sensation étrange de se sentir encore mieux que dans son ancienne chambre. Chose qui naturellement ne manqua pas de le perturber quand on sait à quel point on s’attache au lieu où l’on passe son enfance. Cependant, il n’y accorda guère plus d’attention que ça. L’école devait reprendre pour lui et il se fit rapidement de nouveaux amis. Rassuré, Chris ne pensait même plus aux larmes qu’il avait versées quand il s’était retourné vers sa chambre pour la dernière fois avant de partir. Il ne pouvait pas savoir. Et sa famille, qui n’était pas moins heureuse que lui dans cette nouvelle demeure, ne pouvait se douter également. Une rencontre que Chris fit aurait pourtant permit peut être de tout déclencher.

Une récréation matinale comme toutes les autres où Chris disputait une partie de basket avec ses nouveaux copains. Une passe maladroite qui lui fit recevoir le ballon en pleine figure le conduisit à l’infirmerie de l’école pour arrêter son nez qui s’était mis à saigner violemment. Loin d’être choqué par cet incident bénin, Chris s’apprêtait déjà à repartir quand soudain l’infirmière le rappela sans raison apparente. Surpris, Chris s’était arrêté et demanda à l’infirmière s’il y avait un problème. Celle-ci se tenait derrière son bureau, un dossier médical à la main. De loin, Chris pouvait y voir sa photo collée sur le haut à gauche.
- Dis moi Chris, fit elle d’un ton neutre. Tu habites bien une petite maison à côté de celle de monsieur GIL n’est ce pas ?
- Monsieur GIL ? Chris avait répondu un peu sur le coup de la surprise. Oui c’est vrai. Vous connaissez les GIL mademoiselle ?
- Oui je suis leur nièce. Je vais les voir de temps en temps pour prendre des nouvelles.
- C’est génial ! On pourrait peut être se voir de temps en temps. Papa voudrait mieux connaître les voisins.
L’excitation avait gagné le jeune homme. En effet, bien qu’étant à l’aise dans la maison, Chris ne connaissait personne encore aux alentours de son nouveau domicile. Ses parents lui avaient interdit de s’éloigner au-delà du seuil du portail. Chris était encore jeune et la forêt toute proche pouvait représenter un danger pour lui. L’enfant s’en défendait rétorquant qu’il était déjà grand mais il n’y avait rien à faire. De plus son père travaillait à Bordeaux toute la journée et sa mère était tout le temps débordée. Quant à sa sœur, il ne fallait pas qu’il y compte. Bien trop soucieuse de son épanouissement personnel, elle n’était que rarement à la maison. Et les fois où elle était présente, ce n’était jamais seule. Chris tenait donc là une formidable opportunité de casser la monotonie de ses weeks end interminables dans sa chambre.
- Chris fit à nouveau l’infirmière. Ton père est au courant pour la maison ?
- La maison ? Chris ne comprenait pas. De quoi l’infirmière voulait elle parler ?
- Oui la maison. L’agence n’a pas dit ses particularités à ton père ? Le ton de la jeune femme venait soudain de prendre un soupçon d’anxiété. Chris ne parut pas le déceler.
- Ben on nous a dit que le toit serait peut être à renforcer. C’est vrai qu’on a eu des gouttes d’eau dans la salle de bain la semaine dernière. Mais rien de grave. D’ailleurs papa a déjà commencé à colmater les brèches. Ça n’est pas vraiment un gros problème. L’air décontracté de l’enfant semblait déconcerter l’infirmière. Le silence régnait maintenant dans la pièce.
- C’est tout ? repris t’elle après plusieurs secondes. Vraiment rien d’autre ?
- Heuuu balbutia Chris en essayant de se souvenir d’un détail anodin sur ce qui pourrait tant intéresser sa jeune locutrice. Non je crois que c’est tout. Pourquoi ? Il devrait y avoir quelque chose ?
- Non non repris aussi sec l’infirmière. Simple curiosité fit elle avec un sourire forcé. Tu peux retourner jouer dans la cour mais fait attention cette fois.
- Ah attendez ! Chris se donna une petite tape à la tête. Il venait de se rappeler de quelque chose. Il y a aussi une trappe sous le tapis du cagibi. Mais papa n’a pas réussi à l’ouvrir. Vous croyez qu’il pourrait y avoir des rats en dessous ?
Le teint de l’infirmière venait tout à coup de blêmir. Apparemment Chris venait de mettre le doigt dans le mille. Comme l’infirmière paraissait ne pas savoir quoi répliquer, Chris reprit la parole :
- C’est ça alors ? Il y a des rats en dessous ?
- Non, enfin si peut être… La jeune femme avait soudain du mal à articuler mais elle se reprit très vite. Dis moi Chris, est ce que ton papa t’a dit quelque chose à propos de cette cave ? A-t-il l’air soucieux depuis que vous avez emménagé ?
- Ben non tout va bien se hâta de répondre Chris.
Et quoi répondre d’autre ? Hormis le fait il est vrai que l’enfant y souffrait de solitude, il ne s’était jamais senti aussi bien dans une maison. De plus, le jardin étant très spacieux, Chris aimait bien y passer ses longues après midi à jouer avec son ballon et avec Eddy, son chien, quand celui-ci ne somnolait pas au fond de sa niche. Voyant l’interrogation dans les yeux de l’enfant, l’infirmière parue vouloir abréger la conversation, apparemment renseignée sur ce qu’elle désirait savoir. Sans tarder, elle se leva, prit Chris par la main et le raccompagna jusqu’à la porte. Chris aurait voulu encore poser des questions mais n’étant pas d’un naturel curieux, il lui importait peu d’en savoir plus. Il pensait maintenant surtout à rejoindre ses copains sur la cour. Cependant, avant de le laisser repartir, la jeune femme lui avait encore confié ceci : elle lui avait fait promettre de ne jamais essayer d’aller dans cette fameuse cave. Chris n’avait pas compris où l’infirmière voulait en venir mais il lui avait promis sans broncher. Il ignorait encore à quel point il regretterait de ne pas avoir pu tenir sa promesse.

Ce jour là, Chris rentrait de l’école comme tous les soirs. Il s’était bien instruit et avait bien rigolé avec ses copains. Le bus de ramassage le laissa à 500 mètres de chez lui comme tous les jours. Pour une fois, personne ne l’attendrait. Chris avait enfin réussi à convaincre sa mère de le laisser revenir à pied tout seul comme un grand. Il allait enfin pouvoir faire plus ample connaissance avec d’autres enfants de son quartier en faisant un bout de chemin avec eux. Une fois descendu, il décide de suivre un dénommé Michel qui habite à quelques trottes de chez lui. Petit à petit, les deux enfants font connaissances, échangent leur récit sur la journée écoulée et en arrive à parler de leur maison. Michel n’habite pas très loin de chez Chris. C’est donc tout naturellement que celui-ci l’invite à passer le week end chez lui. L’offre est alléchante d’autant plus que Chris possède un grand jardin et une console de jeu dont rêve d’avoir Michel. Néanmoins, celui-ci décline l’invitation. Hébété, Chris demande s’il a déjà prévu un truc ce week end.
- Non j’ai rien de spécial mais seulement… le garçon hésita quelques secondes. C’est maman qui ne veut pas. Elle refuse que je m’approche de ta maison.
- Hein ? lâcha surpris Chris. Pourquoi elle veut pas ? Tu sais mes parents ne sont pas méchants.
- Oui elle sait. Michel fuyait maintenant le regard interrogateur de Chris. Elle a beaucoup apprécié que tes parents fassent le tour du voisinage quand vous êtes arrivé ici. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle n’a rien dit. Elle ne voulait pas leur faire peur.
- Là je te suis pas. Pourquoi ? Ils auraient dû avoir peur ?
Michel regarda à nouveau Chris. Son regard était plein d’hésitation comme s’il ne parvenait pas à lui révéler une chose importante. Puis finalement sa langue se dénoua :
- Chris maman m’a dit que je ne devais absolument pas t’en parler. Tu peux garder un secret ?
- Bien sûr que je peux ! Chris commençait à s’exciter. De quoi Michel pourrait il bien lui parler ?
- Eh bien… L’année dernière il y a eu une famille comme la tienne qui est venue habiter dans cette maison. Michel était tendu. Il avait du mal à trouver ses mots. La maison venait d’être construite et ils venaient de l’acheter. Il y avait une fille parmi eux qui était dans ma classe. On discutait tous les jours en rentrant. Je suis même venu chez elle une fois avec mes parents. Tout avait l’air d’aller bien. Et puis un jour, Elisa n’est pas venue en classe. Je croyais qu’elle était malade alors en revenant je suis aller la voir chez elle. Le portail et les volets de la maison étaient fermés. Je suis quand même rentré mais il n’y avait rien. Ils avaient l’air d’être partis. Je suis rentré et j’ai été en parlant à maman. Elle m’a dit qu’ils avaient déménagés ce matin. Je lui ai demandé pourquoi mais elle n’a jamais voulu m’en dire plus. Si ce n’est de ne plus jamais m’approcher de cette maison.

Michel coupa net ses paroles. Lui-même ne semblait pas comprendre ce qu’il venait de raconter à Chris. Celui-ci l’avait écouté attentivement, mieux encore que lorsqu’il était en classe. Il avait commencé à bombarder Michel de questions en tout genre. Est-ce que les autres voisins réagissaient aussi comme ça, est ce que la police avait été alerté, avait il ou non essayé de les contacter… Mais Michel ne put dire un seul mot de plus. Il regardait le sol fixement, ne paraissant même plus se rendre compte de la présence de Chris. Celui-ci avait eu beau insisté, il n’avait rien pu tiré d’autre de son nouveau copain. D’ailleurs, Michel était arrivé et il préférait que sa mère ne le voit pas en sa compagnie. Tout ce que Chris pu encore tirer de Michel, c’est de lui faire la promesse de ne rien révéler de tout ce qu’il lui avait confié. Déçu mais reconnaissant tout de même, Chris promit et Michel disparut derrière la porte de sa maison qui se referma sur lui. Intrigué par cette histoire inattendue, Chris ne pressa pas le pas pour rentrer chez lui. Une avalanche d’interrogations tourmentait son esprit et il se demandait si tout cela finalement avait un sens. Arrivé devant chez lui, il trouva le portail grand ouvert, comme si la maison elle-même lui souhaitait la bienvenue. Hésitant, Chris resta quelques minutes immobile devant la maison. Il ne la voyait plus du tout de la même façon que ce matin où il était encore heureux de vivre sous son toit. Il observa attentivement chaque recoin, chaque fenêtre, chaque parcelle du jardin, chaque arbre qui pliait face au vent. Mais il ne trouva rien. Les cinq fenêtres qui ornaient le devant de la maison ne lui parurent jamais autant normales qu’aujourd’hui. Et il avait beau regarder, pas de trucs inquiétants qui justifient qu’une mère interdise à son fils de s’approcher d’une maison. Finalement, Chris décida de franchir le portail et se dirigea d’un pas décidé vers la porte. Après tout pense t’il, les autres se faisaient sûrement des idées pour rien. Il rentra d’un coup, trouvant la porte ouverte comme d’habitude, se mis en chausson puis se dirigea vers la cuisine. Une fois rassasié, il voulut aller avertir sa mère qu’il était rentré. Il traversa donc le salon et s’attendant à la trouver à l’étage, s’apprête donc à monter les escaliers lorsqu’il entend un bruit suspect dans le cagibi. Soudain, sans qu’il ne sache pourquoi, Chris fut soudain pétrifié de peur. « Ca y est se dit il, ils ont réussi à me faire peur avec leurs histoires de fantômes ! » Téméraire, celui-ci se reprend et, après quelques secondes d’hésitation, décide d’ouvrir la porte du cagibi d’un seul coup. C’est alors qu’il découvre l’origine du bruit qu’il entendait depuis tout à l’heure. Sa mère était en train de forcer l’entrée de la cave.

à suivre...


© Stéphane GARCIA



Voili voilà donc Wink Pour la peine, voilà l'adresse de mon site :
http://perso.wanadoo.fr/humanslayer

Pour les fans de fichiers word, dites moi si vous voulez celui de cette histoire. Je vous enverrai ça par mel Wink

Autrement, toutes les critiques sont les bienvenues.

A bientôt :cheers:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://humanslayer.monsite.wanadoo.fr
Misquamacus
Prisonnier de Shawshank
avatar

Nombre de messages : 529
Localisation : Somewhere, over the rainbow...
Date d'inscription : 21/10/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 21 Oct 2004 - 19:06

Bin c'est vachement bien... La vache ! Du coup, j'ose pas poster la mienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leitmotiv.site.voila.fr/
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 21 Oct 2004 - 23:01

Vas-y, ose! N'hésite pas, on va pas te manger lol yesmaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maerlyn
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 454
Age : 30
Localisation : Sur le Balcon
Date d'inscription : 14/08/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Jeu 21 Oct 2004 - 23:16

Littleangel_be a écrit:
Vas-y, ose! N'hésite pas, on va pas te manger lol yesmaster

C'est vrai. De toute façon le dernier qu'on a bouffé il nous avait filé une indigestion. Depuis on évite. evilgrin25

_________________
Maerlynz blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hakumei.free.fr/
Misquamacus
Prisonnier de Shawshank
avatar

Nombre de messages : 529
Localisation : Somewhere, over the rainbow...
Date d'inscription : 21/10/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 22 Oct 2004 - 16:10

Bon, je me lance, alors... Soyez indulgent !
Décombres.

Au début, elle a pensé à un train. Ils étaient tous les deux dans la cuisine, lorsqu’un grondement sourd a commencé très progressivement, allant en s’amplifiant. Elle a pensé « dès fois, quand le vent tourne dans le bon sens, on entend très bien les trains ». Mais le bruit a continué à enfler, et elle a pensé à un orage. Le ciel était clair, pourtant. Il avait bien plu le matin, mais maintenant il faisait beau et les oiseux chantaient dans le jardin. Elle a pensé « dès fois, maman dit qu’il y a des orages de chaleur ». Mais il ne faisait plus très chaud à cette heure-ci, et maman n’était pas là.
Chris la dévisageait depuis la table de la cuisine, son petit visage dépassant à peine au-dessus de son bol de céréales au cacao. Elle eu juste le temps de se dire qu’il faudrait bien lui essuyer ses petites mains maculées de chocolat avec une lingette pour pas qu’il « en foute partout » comme disait papa et la maison s’est effondrée. Et papa n’était pas là.
La maison s’est effondrée. Comme ça. Comme dans l’histoire des trois petits cochons. Comme si elle avait été en paille. Il y a eu un grand bruit après le grondement et puis plus rien. Le noir. Le silence. Ils étaient dans la cuisine. C’est le premier étage qui leur est tombé sur la tête. Elle a pensé que c’était peut être la fin du monde. Que c’était ça ce grondement. Elle n’avait presque rien, ça c’était sûr ! Au moment où elle a voulu bouger, elle s’est quand même rendu compte que son mollet était douloureux. Elle a porté ses doigts à sa jambe et elle a eu très peur lorsqu’elle a senti un liquide poisseux lui couler sur la main. Elle a pensé : « du sang ! je saigne ! je me rappelle même pas quesqu’y m’est tombé dessus, où si même quelque chose m’est tombé dessus ! A part la maison, bien sûr… » Oh oui, elle a eu très peur ! En plus, ça faisait drôlement mal, finalement. Le pire, c’est qu’on y voyait rien du tout. Bon, ne panique pas comme disais maman. Si tu te perds, tu dis ton nom et ton adresse. Si on te propose un bonbon, tu refuses, etc, etc… La fameuse litanie des mamans. Mais maman n’était pas là.
Donc, il fallait se débrouiller toute seul. Ça, c’était plutôt le discours de papa. Je suis dans la cuisine, enfin, anciennement la cuisine. Et dans le tiroir du placard, il y a des allumettes et une lampe de poche. Si y'a encore un placard… Elle se mets à ramper dans la direction qu’elle espère être la bonne et fini, dans le noir, par atteindre un meuble, en l’occurrence le frigo. Au moins, je vais pas mourir de faim. Ok, le frigo était toujours là, alors normalement le placard devais être à côté. Sauf qu’en tâtonnant, elle se rend compte que le fameux placard en pin des landes cher à papa qu’y c’était em…bêté pour le construire, n’est plus qu’un petit tas de pin des landes vu qu’un morceau du plafond lui était apparemment tombé dessus… Zut ! Et puis coup de chance… elle touche par hasard un truc sur le sol à proximité et c’était le tirroir ! qu’elle chance les amis ! Le plafond en tombant avait fait craché son tirroir au pauvre placard. Quelle chance ! Et bin voilà, elle s’était débrouillée… Papa aurait été content. Mais papa n’était pas là.
Maman et papa était au boulot. Ils ne rentraient qu’à dix-huit heures. Pendant ce temps, elle ramenait Chris de l’école, elle lui donnait son goûté, et elle devais…
CHRIS !
Elle avait oublié Chris ! Elle était responsable de lui et c’était important disait maman. Elle était l’aîné, qu’elle le veuille ou non, et elle devait être responsable. Elle avait oublié Chris ! Maman ne lui pardonnerait jamais. Ni papa. Mais ils étaient même pas là, eux ! Même PAS LA ! C’est moi qui doit tout faire ! Je suis toute petite même si je dis que je suis une grande ! Ils sont pas là, je suis seule, la maison est tombé et j’ai peur !
Tout en pleurant elle cherche dans le tiroir et sa petite main se referme sur la lampe. Elle l’allume et cesse de pleurer. Elle pense que la chance est avec elle. Le faisceau de la lampe balaye la cuisine, enfin, cuisine avant que la maison tombe, et s’arrete sur le corps de Chris.
Et voilà. Il bouge plus. Il est mort. Par ta faute. Tu l’as pas surveillé. T’as pensé qu’a ton sale mollet. Et Chris, avec son visage barbouillé de cacao est mort. Plus besoin de lingettes pour essuyer ses petites mains. Plus la peine. Mais si, car Chris se met à bouger en gémissant faiblement. Elle se rue sur lui en pensant « merci mon Dieu, merci mon Dieu, merci, merci merci. » La lumière de la lampe braqué sur son visage maculé de marron, Chris cligne des yeux en grimaçant puis lui lançe un regard interrogateur : « Il fait déjà nuit ? Quesque je fais sur le par terre ? » Il a le côté de la tête tout bleuie et du sang lui sort par la narine droite. Elle pense que le docteur Green dans « Urgence » saurait soigner ce p’tit gars très efficacement. Il lui ferais du physio, de l’adré et plein d’autres trucs supers compliqués mais vachement efficace. Elle aimait bien le docteur Green. Enfin, avant son opération de la tête. Parsqu’après il était plus gentil… Et Chris aussi avait eu un accident sur la tête. Il fallait l’aider. Vite.
« Maman elle est là ? » demande la petite voix, la tirant de ses pensés. Non, maman elle est pas là. Mais elle va pas tarder… Elle avait enlevé sa montre pour se laver les mains avant de goûter et elle l’avait laissé sur le lavabo. Et maintenant, sur le lavabo, il y avait le meuble du dessur du lavabo, complètement disloqué. Et dessous, il y avait sa montre. Sur le mur d’en face, il y avait une horloge. Mais il n’y avait plus de mur. Juste des gravats avec du gros carton qui dépassait. Elle ne savait même pas que les murs pouvait être en carton… Pas étonnant que les maisons s’écroule… Il y avait l’heure sur le micro-ondes aussi. En affichage digitale comme disais papa. Mais le problème, c’est que le côté de la cuisine où se trouvait normalement le micro-ondes, et bien ce côté là n’était plus là, qu’est que vous dites de ça, mesdames, messieurs ! Un vrai tour de magie. En gros, il restait la table, le lavabo avec le meuble du dessur du lavabo vraiment dessus le lavabo (et sa montre dessous), le frigo, le placard tout cassé, et tout autour, côté fenêtre, côté porte du salon, tout s’était effondré. Incroyable. Une maison toute neuve, en plus ! Elle se tourna pour expliquer tout cela à Chris, pour lui dire que tout allez bien se terminer, lorsqu’elle perçu simultanément ; primo l’odeur du gaz, deusio, le bruit qui venait d’en bas.
Le gaz, ça c’était dangereux. Une étincelle et boum. Il fallait toujours penser à fermer le gaz. Et puis d’abord, elle n’avait pas le droit de se servir du gaz. Elle n’avait que neuf ans. « ça sent bizarre » dit Chris. Avant d’ajouter « j’ai mal à la tête » Ok p’tit frère. Les choses les unes après les autres. Bon. Le gaz… Peut-être qu’il en faut beaucoup pour que ça fasse boum… Peut être que maman et Papa seront rentrés d’ici là… J’ai pas l’heure mais… Elle pensa que quand ils partaient en vacances en été, papa coupait le gaz « au général » comme il disait. C’est à dire sous le lavabo, avec une petite manette. Le problème, c’est que le meuble de dessur le lavabo, en tombant, avait coincé le meuble de dessous le lavabo (et sa montre Pokemon, offerte par mamie !) et qu’on pouvait plus ouvrir la porte. Elle eu beau tirer, rien à faire… Et ça puait de plus en plus le gaz. Alors qu’elle s’escrimait en ahanant sur la porte, le bruit d’en bas recommença. Elle l’avait oublié celui là. Un choc sourd, suivit d’un raclement. En bas, il y avait la cave. Elle avait pas le droit d’y aller. Et de toute façon, elle n’y aurait pas été. Elle avait peur de la cave. Trop bas, trop noir. Un sale endroit. Et il y avait un bruit dans la cave. Alors qu’elle continue à tirer sur la poignée, sans conviction, en pensant au bruit, elle sent les petites mains de Chris se poser sur les siennes pour l’aider. Comme c’est mignon, ce p’tit bonhomme de quatre ans à peine (jeudi dernier, il y a une éternité) qui essaie de m’aid… La porte céda. Ça alors ! incroyable ! Maman avait bien raison. L’union fait la force. Et hop ! une manette coupée, une. Elle pense j’espère que c’est la bonne, j’espère que ça a coupé le gaz… De toute façon, pas moyen de faire autre chose pour l’instant. Le bruit en bas la fait sursauter… On dirait qu’il est plus près cette fois. Pas de doute, il y avait quelque chose dans la cave. Mais quoi ? Rufus ? leur chien ? Non, il ne va jamais dans la cave. Un chat errant ? Une souris ? Un rat ? Beurk… un rat. Non d’après le bruit, c’était de toute façon plus gros qu’un rat. Ou qu’un chat. Bien plus gros. C’était un gros bruit. « J’ai encore mal à ma tête » dit Chris en gémissant. Bouge pas, mon bonhomme… je vais te soigner moi. Mais avec quoi ? Pas d’eau pour cause de meuble de dessur le lavabo, rien… Eh ! là par terre… c’est pas la boîte de lingettes ? Décidément, quelle chance dans leur malheur. A nouveau le bruit et cette fois-ci, elle frissonne.
Après avoir nettoyé la plaie sur la tête de son frère ainsi que son mollet –juste une estafilade- elle essaye de rassurer son frère. Papa et maman vont bientôt arriver. Ils vont appeler les pompiers. On va nous sortir de là. Elle pense, pendant que Chris glisse son petit corps contre le sien, mais pourquoi la maison neuve (ils avaient aménagé quatre mois plus tôt) est elle tombée ? Un tremblement de terre ? Mais alors dans ce cas là, toutes les maisons sont tombées. Et peut être même le travail de maman et papa ! Non, il ne faut pas penser à ça… c’est trop moche. Alors une maison construite pas assez solide. Si c’était ça, papa allez leur passer un de ses savons, aux ouvriers ! A cette instant, un bruit au dessus de sa tête. Et puis une voix. Des voix. « les enfants ! répondez ! vous êtes là ? » la voix de papa ! « répondez mes chéris ! je vous en pris ! » la voix de maman ! « On est là ! on va bien ! » Ils sont sauvés ! sauvés ! Un horrible grognement, appartenant sûrement à un animal énorme et monstrueux retenti alors. Suivi d’un raclement. Puis d’un grognement horrible. Et ça vient de la cave. Il y a un gros animal dans la cave. Un très très gros animal. Comment est-il rentré dans la cave d’abord ? Et qu’est que c’est ? Au moins un lion, vu le grognement et les bruits…
« Où êtes-vous, les enfants ? » la voix de papa. « Dans la cuisine ! vers la table ! à côté du frigo ! » Elle pense que son explication est super efficace. Comme le faisait le docteur Green avant son opération. Vachement efficace. « Ne bougez pas ! les pompiers vont enlever les gravats ! tout va bien ! on va vous sortir de là ! » Ouais. Super. Mais dépêchez-vous. Il y a quelque chose dans la cave. Elle le pense juste, ça. Pour pas inquiéter papa et maman. Mais ça n’enleve pas le fait qu’il y avait quelque chose dans cette satané cave. Alors que les bruits du dessus s’amplifie, le bruit d’en bas recommençe. Sans s’arrêter cette fois. Et différent : un grattement, un grognement continu et terrifiant. Quelque chose qui creuse. Elle se dirige vers le bruit, malgré sa terreur. Peut être que c’est Rufus, là en bas. Quoi d’autre, d’abord ? En s’approchant du sol, elle s’aperçoit qu’un morceaux du plafond, celui de sa chambre en l’occurrence –il y avait sa poupée Barbi décapité parmi les gravats- a partiellement crevé le sol, découpant une espèce de crevasse sur près de cinquante centimètre. Elle glisse un œil dans cette crevasse et son sang se fige instantanément. Pire : elle se fit pipi dessus. A moins d’un mètre au dessous d’eux, deux yeux jaunes la fixent intensément. Des GROS yeux jaunes. Et malgré l’obscurité, ils luisent d’un éclat malsain, horrible. Le pire, c’est les pupilles. Fendues verticalement, comme pour un chat. Mais ce n’est pas un chat. Même pas un lion. Cette chose, pas besoin de lampe pour le voir, cette chose est grosse comme un bœuf. Plus grosse, même. Et une vache, ça grogne pas. Un truc est monté dans la cave. Un monstre. Oui, c’est ça. Y’a eu un tremblement de terre, une faille s’est ouverte, et un monstre qui vit sous la terre est remonté. Un monstre affamé. Un qui bouffe les petits enfants, comme dans les histoires de « Chair de poule », à la télé. Mais celui-là, c’est pour de vrai ! Au moment où elle se dirige, hagarde, vers Chris, il fait jour. Au dessus de leur tête, un pompier passe ses bras par un trou et lui annonce calmement, comme si il discutait dans un salon, qu’il va les sortir de là. « Allez, donne-moi ta miminne, ma jolie. T’inquiètes pas. Je te tiens » OK, super. Fin du cauchemar. Elle va prendre la main énorme du monsieur et elle va monter. Ouais, et pendant ce temps là, le monstre va sortir, attraper son petit frère et le dévorer vivant. Et quand elle se retournera, plus de Chris. Adieu Chris. Elle sera sauvé mais pas son frère. Et elle était responsable. « Non ! prenait mon petit frère d’abord ! »
« Ton petit frère est inconscient, ça va être plus dur de l’attraper. Vient d’abord toi ! »
« Non ! lui en preums ! »
« Allons, fillette ! ne fais pas de caprice… Vient ! »
« Non PUTAIN ! Il y a une saloperie de bête qui monte de la cave ! elle va nous manger ! Je vais porter Chris mais prenait-le, BORDEL ! » Alors là, elle pense que papa va sûrement lui mettre une sacrée fessée pour avoir dit autant de gros mots. Mais elle en a rien à foutre. Rien. D’autant plus que le monstre vient de passer son bras par la faille. Oui, un bras. Pas une patte. Un bras vaguement humain, noir, couvert de pustules et puant en plus. Sans plus attendre, elle prend Chris dans ses bras, et le tend de toutes ses petites forces vers le pompier éberlué. Ce dernier saisi le petit garçon puis disparaît, laissant le ciel bleu à la seule vue de la fillette. Il y eu un horrible craquement, elle se retourne. Voûté dans la cuisine, la bête la dévisage en grognant doucement. Voilà. Moi, Alice, 9 ans, je viens de sauver mon petit frère et maintenant je vais me faire manger. Et j’espère que ça va pas durer longtemps. Je suis une grande fille, d’accord, mais je veux pas avoir mal… Le monstre se ru sur elle.
Et elle s’envole. Un bras puissant vient de l’arracher à son triste sort. Le soleil l’aveugle, son mollet semble se déchirer et elle s’évanouie.

A l’hôpital, on lui expliqua que son petit frère allait bien, juste un traumatisme crânien. Pour son mollet, pas de problème… quelques point de sutures pour refermer ses quatre vilaine estafilades. Quatre au lieu d’une. On lui a dit que oui, il y avait eu un tremblement de terre et qu’elle avait eu beaucoup de chance. Papa et maman ne lui on pas parlé de monstre. Rien. Elle, elle avait juste sauvé son petit frère. Elle pense que c’est normal, que c’est elle l’aîné. Et qu’il faut qu’elle soit responsable.
Qu’elle le veuille ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leitmotiv.site.voila.fr/
maerlyn
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 454
Age : 30
Localisation : Sur le Balcon
Date d'inscription : 14/08/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 22 Oct 2004 - 17:14

Génial, j'adore. yesmaster
Je me demande comme même ce que c'était exactement ce monstre. cskl16

_________________
Maerlynz blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hakumei.free.fr/
Misquamacus
Prisonnier de Shawshank
avatar

Nombre de messages : 529
Localisation : Somewhere, over the rainbow...
Date d'inscription : 21/10/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 22 Oct 2004 - 19:44

Grand merci, Saï, ça me touche vraiment !
Note de (l'humble) auteur en ce qui oncerne le monstre :
1/ J'en sais rien, qui c'est ce monstre... evilgrin25
2/ Y'en a pas, c'est la représentation mentale de la peur de la fillette.
3/ Enfin, troisième possibilité, Alice est passée de l'autre côté du mirroir... (Dans les territoires ?)
ou alors... "Ma maman elle disait que les monstres, ça existent pas... mais y'en a, je sais..." (Newt, dans "Aliens") breeeeuuu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leitmotiv.site.voila.fr/
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Lun 25 Oct 2004 - 9:54

Super, j'adore yesmaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thomas desmond
Prisonnier de Shawshank
avatar

Nombre de messages : 529
Localisation : Tours
Date d'inscription : 15/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Lun 25 Oct 2004 - 10:05

Super nouvelle !! Le ton est rapide, clair et entraînant ! Une des meilleures que j'ai lues sur ce forum !!

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tdesmond.free.fr/index.html
Misquamacus
Prisonnier de Shawshank
avatar

Nombre de messages : 529
Localisation : Somewhere, over the rainbow...
Date d'inscription : 21/10/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Lun 25 Oct 2004 - 12:36

Alors là, venant d'un maître es-nouvelle comme toi (je visite fréquement ton site, tu as un talent fou !) je suis super touché !!! Merci beaucoup ! Du coup, je vais profiter des vacances (je suis un fainéant de prof tongue10 ) pour me remettre à l'écriture...
Grand, grand merci à tous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leitmotiv.site.voila.fr/
faeryl
fan #1
avatar

Nombre de messages : 146
Localisation : ROM, bled paumé
Date d'inscription : 31/08/2004

MessageSujet: Allez, une petite de mon cru.   Ven 21 Jan 2005 - 19:11

Le Monstre du placard du couloir.

Depuis trois semaines, il y a un monstre dans le placard du couloir. Un monstre avec de grosses dents pointues, un corps poilu tout jaune.

Un jour, je l'ai dit à maman, pour qu'elle aille le chasser. Mais elle n'a pas voulu, et elle s'est encore fachée. Elle m'a dit d'arrêter de l'embêter avec mes bêtises, qu'elle en avait assez, que j'ai 6 ans maintenant et que je dois me comporter comme une grande.

Mais il y a un Monstre dans le placard du couloir.

La première vois que je l'ai vu en prenant mon manteau pour aller à l'école, sa grosse patte s'est tendue vers moi. Il se léchait les babines, comme le loup dans l'histoire du Loup et des 7 petits chevreaux. Alors j'ai crié et maman est arrivée. Vite le monstre a disparu, mais j'ai pris une fessée. Maman n'est pas toujours très gentille avec moi.
Maintenant je range mon manteau dans ma chambre, et je ne risque plus rien.

Mais le monstre est toujours dans le placard du couloir.

Je le sais, je l'ai vu desfois quand maman ouvre le placard. Mais il se méfie d'elle, c'est une Grande Personne. Maman dit toujours que je dois être grande, mais elle m'envoie toujours dans ma chambre quand une Grande Personne vient la voir. J'aime mieux quand papa est là, mais il est "en mission".

Lui, il chassera le monstre dans le placard du couloir.

De toutes façons, papa va rentrer bientôt, et il va m'emmener manger des beignets. J'adore les beignets mais maman ne m'en fait jamais. L'autre jour, quand je suis rentrée de l'école, elle m'a crié (maman crie toujours quand elle me parle, sauf si papa est là) : va voir dans la cuisine, il y a des beignets pour goûter ! Mais dans l'assiette sur la table, il ne restait que des miettes. J'ai entendu maman rigoler avec le monsieur qui vient souvent.

Lui, je lui ai pas demandé de chasser le monstre dans le placard du couloir. Je l'aime pas.

Il sent la bière et puis j'aime pas comme il me regarde. L'autre soir, quand je me déshabillais dans la salle de bains, j'avais laissé la porte ouverte. Dans la glace, je l'ai vu qui me regardait depuis le couloir, avec un air bizarre. J'ai fermé la porte. Je m'en fiche, aujourd'hui il devra partir, papa arrive. Il vient jamais quand papa est là.
Il a téléphoné hier pour dire qu'il rentrait plus tôt que prévu, ce matin par le premier train. J'ai rien dit à maman pour la surprise.
Quand la voiture de papa est entrée dans le garage, j'ai entendu du bruit dans la chambre de maman. Elle a dit oh m... (c'est un gros mot il faut pas dire de gros mots maman dit toujours, mais elle en dit tout le temps), elle a dit oh m... c'est mon mari.
Moi j'étais réveillée j'attendais papa. J'ai ouvert la porte de ma chambre et j'ai vu le monsieur sortir en pantalon avec sa chemise à la main.

Il est allé se cacher dans le placard du couloir.

(dans la chambre de maman y'a pas de placard, c'est des tiroirs). Maman a dit non pas là, mais trop tard, papa est rentré dans la maison.
Quand il a ouvert le placard pour ranger son manteau, il n'y avait que d'autres manteaux suspendus. Maman est devenue toute blanche.
Moi j'étais contente, au petit déjeuner, j'aurai des beignets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misquamacus
Prisonnier de Shawshank
avatar

Nombre de messages : 529
Localisation : Somewhere, over the rainbow...
Date d'inscription : 21/10/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Ven 21 Jan 2005 - 19:37

Ouah ! géniale cette histoire ! Vraiment marrante, facile à lire, avec une chute très sympa. Bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leitmotiv.site.voila.fr/
Littleangel_be
Pistoléro du post
avatar

Nombre de messages : 443
Age : 37
Localisation : Belgique,Hainaut
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   Sam 22 Jan 2005 - 8:42

trembing Superbe, j'ai adoré la fin yesmaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PREMIER THEME D'HISTOIRES :   

Revenir en haut Aller en bas
 
PREMIER THEME D'HISTOIRES :
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Harry Roselmack : Premier JT ce soir à 20 heures
» Sarkozy, premier bilan
» que pensez vous de mon premier leappad?
» Quizz Beauté "mon premier, mon dernier"
» TD Premier quadri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMS du CLUB STEPHEN KING (CSK) :: AUTRES MONDES :: Histoires courtes des lecteurs Kingiens-
Sauter vers: